Nous venons d’apprendre que monsieur le maire de Salses-le-Château (NDLR, Jean-Jacques LOPEZ, PS) ayant déposé une plainte, au moment de la clôture des comptes de la communauté de communes Rivesaltais-Agly, sa ville allait pouvoir réclamer à l’Agglo Perpignan Méditerranée la somme de 153 899 euros… Il est question d’une erreur d’écriture pour un million d’euros. Qu’en est-il pour notre village ?


Au prorata du nombre d’habitants, Estagel devrait encaisser 92 500 euros sur le million d’euros dont il est ici question. Nous ferons grâce des centimes…

 

Si une anomalie toujours possible et humaine est intervenue, il n’en est pas de même pour ceux qui ont en charge la gestion de la commune. En effet, nous connaissons les liens qui unissent le maire de Salses-le-Château avec celui de notre cité (NDLR, Roger FERRER, PCF). Nous pensons, qu’inévitablement, des entretiens ont eu lieu pour prendre une décision. Ceci d’autant plus qu’ils étaient tout les deux vice-présidents du Rivesaltais-Agly sensés représenter l’Opposition à monsieur André BASCOU (maire Les Républicains de Rivesaltes et à l’époque président de la Communauté de communes Rivesaltais-Agly).

 

L’un a décidé de porter l’affaire en justice et il a bien fait pensons-nous, l’autre non. Pourquoi ? (…).

Car tout cela commence à coûter cher aux contribuables de notre village.

 

49 000 euros pour la maison des deux rugbys inaugurée mais jamais utilisée.

 

546 000 euros de la chaudière à bois. Achat que nous pouvons juger, dans tous les cas, comme  précipité, intempestif. En effet, les isolations sont plus qu’imparfaites ce qui va entraîner des dépenses supplémentaires.

 

Aujourd’hui, 92 000 euros à cause d’une « négligence » dirons-nous.


Il est urgent de faire autrement, de se ressaisir, de réfléchir un peu plus. De penser en priorité aux contribuables d’Estagel et aux impôts qu’ils payent, non ? ».