Ce qu’il convient d’appeler désormais « l’Affaire Fillon » – du nom de l’ancien 1er ministre de Nicolas Sarkozy (2007-2012), n’a pas fini de faire des vagues. Ce ne sont pas les révélations de l’hebdomadaire Le Canard Enchaîné qui sont choquantes, concernant l’embauche de son épouse et de deux de leurs enfants en tant qu’assistants parlementaires, puisque effectivement il n’y a rien d’illégal dans ces embauches – dans la mesure où la Loi le permet – ce qui met en colère, c’est de savoir effectivement si tous les trois ont bien fait le job pour lequel ils étaient rémunérés, ou s’il s’agissait réellement d’emplois fictifs ! Qui leur auront permis de gagner en quelques poignées d’années toute la vie professionnelle d’un Smicard

Il faut bien se mettre en tête que le système a ses revers, avec l’incompétence flagrante de certains employés cooptés par leur protecteurs.
Quelques exemples :
La Commission Départementale de Sécurité passe et retoque la mairie de Perpignan pour un escalier trop étroit à l’annexe-mairie des quartiers sud, parce qu’une rue est goudronnée par erreur, qu’une rampe d’accès est placée elle aussi ailleurs que prévue, qu’un rond point de la Salanque est détruit parce qu’il est mal conçu suite aux remarques de l’ex-DDE, la Direction Départementale des Routes (Conseil Départemental)… Et en plus, il y a des choses que nous ne pouvons pas écrire, pas dire, qui mériteraient la porte immédiatement.
Tout cela n’est que la partie visible de l’iceberg, le contribuable ne voit pas l’ardoise qui s’allonge pour corriger ces bévues.
Un maire économe des deniers public doit garder la maîtrise d’œuvre des travaux engagés sur sa commune, c’est le cas d’André BASCOU, à Rivesaltes ; aujourd’hui c’est la seule façon de limiter les dégâts financiers irréversibles.
Il faut bien se dire que le système arrive au bout, qu’il est à bout de souffle : les critères de recrutement ne sont plus les qualités professionnelles, mais bien souvent les origines familiales. Imaginons un court instant si la proposition de cet élu de la Salanque – d ‘afficher à l’entrée des mairies l’arbre généalogique des employés municipaux – était retenue, appliquée… Ce ne serait pas de la délation, mais de la transparence… Même si cette proposition, bien évidemment, n’est pas à prendre au 1er degré. Mais elle signifie beaucoup à propos d’un certain climat local.
Nous serons confrontés de plus en plus à des erreurs où il s’agira de « la faute à pas de chance ».
Les fonctionnaires « en trop » en France sont ces petits protégés de nos collectivités locales et territoriales. À quand une péréquation surface territoriale/ population pour limiter la casse ? « L’Affaire Fillon » vient nous montrer qu’il y a urgence à remettre de l’ordre dans tout ça, vite !, et à passer à autre chose, comme la VIème République ? « L’Affaire Fillon » continue, davantage qu’inquiéter le système elle doit nous interpeller, nous citoyens.

C-C C-P.