Oui, vous les élus LREM (La République En Marche) en général, et en particulier Mme GAYTE, MM GRAU et CAZENOVE, nos trois députés « En Marche! » des P-O, vous qui la soutenez !
En principe, lorsque l’on réforme, c’est à tout le moins pour améliorer les choses en ayant en ligne de mire l’humain et le social nécessaire qui l’accompagne. Je ne parle pas d’assistanat ou autre cancer de la société !
Depuis la fin de la 2e Guerre mondiale s’est édifié le Contrat Social, certes avec ses nombreux bons côtés et aussi des imperfections certainement.
Mais pour autant le Président de la République Emmanuel MACRON, le gouvernement, les élus LREM doivent-ils opérer une rupture aussi brutale et inique mettant en charpie le marché du travail dans lequel inéluctablement les «perdants» seront les femmes, les jeunes, les seniors, les précaires, les chômeurs. Ils iront directement à la case «casse» sans passer par la case départ dans la vie.
Oui, direct à la case «casse» pour toutes celles et ceux cités ci-dessus. Pourquoi ?
-le renforcement des contrôles va s’intensifier,
-le durcissement des conditions d’accès au chômage va s’amplifier,
-la réduction des allocations va être telle que la punition sera insupportable… et comment rechercher de l’emploi dans de telles conditions ?
Le contrôle adossé au soutien est bien meilleur que le coup de bâton !
Toutes ces réformes, plutôt devrais-je dire ces mesures de rétorsions voient le jour car l’Exécutif veut faire la chasse aux chômeurs et à tous les autres à tous niveaux de la cordée, mais pas touche aux 1ers de cordée…
Et pourquoi ? Et bien parce que ces chômeurs ont tort d’être… au chômage. Oui, ils sont fautifs de leur situation. Alors, ils doivent payer et payer le prix fort.
Alors, ces mesures de rétorsions chiffrées voulues et avancées par l’Exécutif et tous les élus LREM pourraient se comprendre si elles n’aggravaient pas la situation sociale et financière des personnes intéressées, ainsi que l’activité économique des entreprises, en France.
Aujourd’hui, un chômeur sur deux est indemnisé. Avec la réforme, ce sera un chômeur sur trois qui sera indemnisé.
Et donc tout ceci stigmatise encore plus toutes ces personnes qui subissent. Elles non en rien une quelconque responsabilité de leur situation dégradante.
De plus, ces chômeurs et autres précaires devront avoir travaillé six mois sur les vingt-quatre derniers (contre quatre mois sur vingt-huit aujourd’hui).
Cette «mesure» aura pour effet d’impacter des jeunes et autres précaires qui verront par effet de boomerang reculer leurs droits à la retraite car ils n’auront pas été dans le dispositif de l’indemnisation. N’est-ce pas pervers ?
Et donc, qui prendra en charge ces jeunes et autres ? Et bien le Département à travers les aides sociales, le RSA.
Belle manœuvre à double détente de défausse perverse…
-l’Etat ne paye pas ces gens-là !
-le Département va payer en lieu et place de l’Etat qui va économiser 3,4 milliards de 2019 à 2021 selon le Premier Ministre Edouard PHILIPPE.
A cela s’ajoute le risque d’accepter un job de deux mois qui leur fera perdre le droit à l’indemnisation.
Je comprends mieux la colère non feinte des syndicats devant un tel cynisme assumé.
Alors, modestement je me permets de dire à celles et ceux qui liront cette Tribune (certes incomplète) de poser les vraies questions : aux trois députés « En Marche! » des P-O, aux préfets et sous-préfets, aux syndicats au fait du dossier.
De plus, je ne peux terminer sans m’adresser :
-aux retraités (pas tous) qui pourraient, selon le sondage, se désolidariser des autres citoyens en soutenant le Président MACRON et les élus LREM ; informez-vous bien !
-aux maires et autres élus (pas tous), que reste-t-il et que pensez-vous du grand débat ? Pour moi un monologue de communication c’est tout !
-aux Gilets jaunes (pas tous), ne vous trompez pas en vous jetant dans les bras du FN/RN (Rassemblement National), vous perdriez plus que vous ne le pensez !
-aux médias (pas tous), arrêtez de dire la gauche est morte… vous faites le jeu du résident MACRON qui veut et croit seul pouvoir défier le RN. Jeu dangereux et risqué au point de se brûler les ailes.
Alors, il est venu le temps de se réveiller vous les deux partis qui avez structuré la vie démocratique de la France. L’heure est grave.
Élie PUIGMAL, citoyen.