« Je veux en introduction partager deux interrogations qui me taraudent.

1 ) Tout d’abord le peu de connaissance et d’intérêt que nous citoyens portons à ce sujet grave !
2 ) Ensuite pourquoi et comment les partis politiques et les syndicats, je cible plus particulièrement le Parti socialiste – pour les autres à chacun de s’y essayer – ne parlent-ils pas ou plutôt depuis peu de temps, des deux fonds de réserve des retraites normales et complémentaires ?
Car oui l’action publique a déjà agit.
Le fonds de réserve a été constitué par Lionel JOSPIN à hauteur de 30 milliards. Alors oui n’en déplaise au Nouveau Monde (pire que l’ancien à bien des égards), à LaREM (La République En Marche) qui n’a de cesse de vouloir démanteler le bel édifice social créé dès la libération ainsi que par le CNR (Conseil National de la Résistance).
Et là de manière cavalière le Nouveau Monde veut faire passer par pertes et profits cette double manne.
A) 30 milliards € pour le fonds de réserve des retraites.
B) 116 milliards pour le fonds de réserve des retraites complémentaires dixit le président du COR (Conseil d’Orientation des Retraites ).
Soit au total 150 milliards € de réserve des retraites.
D’ailleurs, ceci fut révélé par l’économiste Gilles RAVEAUD de manière brillante et sans équivoque. Merci à lui pour sa clarté d’exposé.
Donc il ne devrait y avoir aucun problème de remboursement des retraites. Ce dont le Nouveau Monde, gouvernement et élus députés et sénateurs à coups d’éléments de langage aussi puérils qu’éculés sur tous les médias, s’ingénient à vouloir nous les faire avaler tout honte bue, nous prenant au passage pour des ignares.
De plus, qui se souvient de la CADES (Caisse d’Amortissement de la DEtte Sociale ) qui fut créée pour prendre en charge la gestion de la dette sociale ? Sa mission court de 1996 à 2024, car elle aura fini de rembourser la dette sociale.
Et elle devrait dégager encore 24 milliards € qui s’ajouteront aux 150 milliards cités ci-dessus.
Soit 174 milliards !
Le président de la CADES a dit ceci :  «Aucun gouvernement n’a eu à gérer et à arbitrer une telle manne financière !».
En fait, il n’y a pas de problèmes de financement des retraites sinon d’une part vouloir à tous prix réformer sans comprendre les difficultés sociales des citoyens d’en bas, et d’autre part pour masquer une non politique réaliste de l’emploi, ne pas parler de l’augmentation des salaires et des retraites, rendre exsangue les services publics, ne pas tenir compte de la forte et grâce différence d’espérance de vie qui est de 13 ans (INSEE 2017) entre un ouvrier et un cadre supérieur !
Pour ma part, là un vrai travail sérieux politique avec les partis politiques, les syndicats, les associations, les deux assemblées parlementaires ainsi que le CESE, le COR et la CADES devraient être pensé et mis en place avec force volonté de vouloir se donner tous les moyen de la réussite. La vraie qui ne laisse personne au bord de la route.

Le Nouveau Monde doit cesser et vite de culpabiliser encore et toujours le peuple par des artifices uniquement financiers exsangues de justice sociale. Pour le nouveau monde, le néolibéralisme est une nécessité mathématique.
De plus, la cour des comptes vient d’épingler l’Etat, le nouveau monde qui ne fait pas tout ce qui devrait être, une vraie lutte contre la fraude fiscale en se donnant les moyens humains techniques et juridiques. Ceci est une volonté de faire payer les tricheurs, les gros riches qui ont les moyens de frauder sans aucune honte. Volonté ai-je dis ?
Sans oublier les mots blessants, insultants et inadmissibles du nouveau monde contre le peuple.
Les Gilets jaunes sont des gens qui souffrent.
Les manifestants et les syndicats ne sont pas des privilégiés !
D’ailleurs vous Monsieur le Président n’avez eu de cesse de vouloir les banaliser ! Mal vous en a pris !
La politique du nouveau monde par contre est foncièrement hors sol !
Et quid du ruissellement ? Parlons en ?
Mon billet d’humeur sévère écrit tranquillement cloué chez moi avec une grippe et ce avant ce jeudi 5 décembre que je souhaite réussir pour notre avenir commun ».
Élie PUIGMAL, citoyen du monde