Dans une récente intervention devant le Parlement Européen, Emmanuel Macron a déclaré « qu’il ne fallait pas humilier la Russie ». Presque au même moment, le pape François a paru justifier l’envahisseur russe, en faisant reposer la responsabilité du conflit sur un OTAN trop bruyant. J’espère que la position du pape n’est pas le résultat d’une vision américano-latine du monde, mais comme pour Emmanuel Macron, une démarche destinée à calmer le Tsar Poutine et à l’amener à la table de négociations.

Les deux ont pu constater l’échec de leur tentative.
Non, l’OTAN n’est pas responsable des expansions russes au temps des Tsars, elle n’est pas responsable des mains mises soviétiques sur les pays de l’Est à l’occasion de la deuxième guerre mondiale, elle n’est pas non plus responsable des tentatives d’absorption récentes de la Russie sur les pays qui la jouxtent au sud –Tchéchénie, Georgie… et aujourd’hui à l’Ouest l’Ukraine…
Le responsable de la situation actuelle est le seul Vladimir Poutine.
Voilà un homme qui est à la tête du plus grand pays au monde, doté d’immenses richesses naturelles et d’une population de près de 150 millions d’habitants et dont la seule prouesse est de conduire une politique économique de pays sous développé (avec trois fois plus d’habitants, la Russie n’ a que le PIB de l’Espagne).
Où passe l’argent des énormes ressources naturelles ? Au budget de la Défense surdimensionné par rapport aux capacités du pays, un peu à la population et beaucoup aux oligarques et à celui qui les autorise. Ce sont les dirigeants russes qui humilient la Russie.
Une victoire militaire de l’Ukraine serait-elle susceptible d’humilier la Russie ? Certainement ! Mais faut-il que l’Ukraine perde ses territoires pour satisfaire l’ogre russe et empêcher son humiliation ? Certainement pas.
Les faiblesses de l’armée russe dans sa tentative de conquête de Kiev, ont montré, que hormis sa force de dissuasion nucléaire, l’armée russe est un tigre de papier. Où passent les soixante milliards d’euros de dépenses militaires annuelles (à titre d’exemple le seul budget de la France est de quarante milliards annuels) ?
Si la Russie est vaincue militairement, ce que je souhaite, c’est Poutine, et lui seul, qui aura humilié la Russie.
En réalité, la seule faute commise par le monde occidental aura été de reculer jusqu’à l’Ukraine, devant les agressions russes, en Afrique, en Syrie (c’est Hollande qui avait raison et pas Obama), en Georgie, en Crimée, etc.
Comme a pu le dire le Général de Gaulle, le recul devant un adversaire qui attaque, l’excite et le pousse encore plus à attaquer !
Il faut donc faire front et gagner !
Il sera temps après la victoire de tendre la main à une Russie dont on peut espérer qu’elle reconnaitra celui qui l’a humiliée, et de proposer au peuple russe, s’il le souhaite, de retrouver sa place dans le monde qui est le sien…, celui de l’Europe.

 

Claude Barate

 

*Ex-député (RPR) de la 1re circonscription des P-O (de juin 1988 à avril 1997) et ancien 1er adjoint de la Ville de Perpignan, universitaire, auteur de « Futur antérieur » (paru aux éditions du loup).