Si la rédaction de Ouillade.eu vient de mettre en avant le fait qu’un Directeur général des services (DGS) avait pour lui un iPhone 12, tout ce qu’il y a de plus luxueux, il faut peut être aussi rappeler que les conseillers municipaux à majorité ont droit pour leur part à une tablette iPad Pro 12 pouces, bien souvent avec un Apple Pencil et le clavier Apple intégré (Soit un total allant aux alentours de 2 000€), quand d’autres ont un ordinateur portable de la marque Terra (environ 1 000€).

Néanmoins, les conseillers municipaux de l’Opposition qui devraient, en vertu de l’article L. 2121-13-1 du Code Général des Collectivités Territoriales et d’une réponse ministérielle en date du 7 mars 2006 (1), avoir exactement les mêmes moyens matériels que leurs collègues, n’ont, quant à eux rien, N.A.D.A !

Au plan légal, nous constaterons simplement : qu’il est très étonnant que les conseillers municipaux à majorité municipale disposent de ce matériel en exclusivité et ce alors même que le Conseil Municipal n’a jamais voté une telle dotation ce qui est pourtant obligatoire en vertu des dispositions susdites.

De vrai, tout cela n’étonne plus dès lors qu’on sait que dans le Conseil Municipal d’Antoine Parra il suffit de voter contre un projet pour « perdre » délégation et rémunération, à l’instar de Madame Diaz-Gonzales le 17 février dernier qui pourtant implorait qu’on ne la taxe pas d’être contre Antoine Parra. (Cf. Ci-dessous pièce-jointe proposée au vote du conseil municipal prochain, valant tableau de rémunération de la majorité municipale).

On constatera aussi l’entrée de La République En Marche dans l’exécutif Communal ! Il faut suivre avec Antoine Parra, entre son soutien aux Départementales à un binôme dans lequel on retrouvait le maire de Palau-del-Vidre, Bruno Galant (encarté LR)… puis la tentative infructueuse de sa Première adjointe de faire les yeux doux à Hermine Malherbe (encartée PS)… On ne s’y retrouve plus ! Quelle tristesse cependant qu’aucun de ces partis ne lui ait proposé une investiture « méritée » pour les prochaines élections législatives, de quoi nous rappeler ce vieux proverbe « qui trop embrasse, mal étreint ».

 

Charles Gilquin

 

PJ23 (1) Tableau re_capitulatif des indemnite_s de fonctions