Le Parc marin du Golfe du Lion se doit donner l’exemple et refuser le terrain proposé par le maire d’Argelès-sur-Mer et sa majorité entre le port et le Racou.
Tous les experts, les élus s’accordent pour stopper, interdire tout ouvrage en dur en zone sensible, humide proche du trait de côte.

Une véritable prise de conscience de tous, du danger de cette érosion.

Sauf du maire d’Argelès-sur-Mer, M. Parra, qui s’entête à vouloir imposer dans une zone sensible, non constructible les locaux du Parc marin.

Lors du dernier conseil municipal j’ai posé la question :

Charles Campigna : Monsieur le maire, vous avez proposé au président du Parc marin un terrain non constructible, en zone humide entre le port et le Racou pour l’implantation des locaux du Parc marin, qui pourront par la suite être une continuité d’urbanisation.

Réponse d’Antoine Parra : « Oui c’est exact, nous avons besoin de ces terrains, une chance pour Argelès d’avoir des experts, des scientifiques sur notre commune ».

Le nouveau président du Parc marin ne peut accepter une telle proposition sinon s’entendre dire : « Faites ce que je dis, ne faites pas ce je fais ! ».

 

Charles Campigna, conseiller municipal de l’Opposition d’Argelès-sur-Mer.