« Ce slogan qui a fait la force de nos récentes campagnes de communication n’a visiblement pas été compris par un candidat aux prochaines élections municipales dont le portrait «avantageux» s’affiche, en ce moment, de manière illicite, sur toute la ville

 

 

Plutôt que de donner en permanence des leçons de « bonne gestion » ce monsieur devrait réviser la loi sur l’affichage sauvage et les sanctions encourues pour ce type de délit (vu l’article L51 du code électoral, article L581-35 du code de l’environnement, article 809 du code de la procédure civile : articles qui règlementent l’affichage électoral).

Il faut noter que la Ville, afin de respecter les règles en la matière et lutter contre l’affichage sauvage, a mis en place trente-cinq panneaux de libre expression.

En attendant… les équipes de la Ville sont mobilisées pour supprimer cette pollution au détriment de leurs prestations quotidiennes au service des Perpignanais ».

 

Alain GEBHART, conseiller municipal de la Ville de Perpignan délégué à l’Environnement

 

NDLR. La rédaction de Ouillade.eu suggère que la municipalité envoie la facture – l’argent étant le nerf de la guerre – audit candidat. Tout simplement. Et que la somme ainsi recueillie soit reversée aux associations perpignanaises de protection de l’Environnement !