Communiqué de presse.

 

« Réuni vendredi 22 juin en assemblée plénière, le Conseil Régional Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée a exprimé sur quelques sujets fondamentaux, des votes, ou des absences de vote, qui ont de quoi interroger fortement les consciences de nos concitoyens. Nous entendons les porter à la connaissance du plus grand nombre. Les quatre élus de La France Insoumise ont marqué leur réprobation et leur incompréhension face aux positions prises par les élus d’une majorité PS/ Radicaux/ EELV/ PCF se voulant pourtant progressiste.
Concernant l’adoption d’un Plan d’Intervention Régional pour l’Eau, les élus de La France Insoumise regrettent que leurs propositions d’engager la Région contre la privatisation des barrages hydro-électriques et d’inciter les collectivités au retour en régie publique n’aient pas été retenues. Où se situe la défense de l’intérêt général ?
Ils déplorent par ailleurs le refus de la majorité régionale de voter le vœu présenté par La France Insoumise pour l’avenir et les moyens du transport public ferroviaire. Une posture dans la rue ? Une autre posture dans l’enceinte feutrée du Conseil Régional ? A quel endroit situer l’imposture ?
Ils condamnent la décision de la majorité socialiste d’appliquer le jour de carence alors qu’il était possible, comme l’a proposé La France Insoumise en séance, de ne pas répercuter cette décision du gouvernement MACRON sur la feuille de salaire des agents régionaux. Où se trouve l’esprit de résistance à des mesures rétrogrades ?
Ils s’étonnent enfin du refus d’un vœu pour une solution politique négociée en Catalogne. Les élus Insoumis portaient ce vœu pour les droits démocratiques en Catalogne et la libération des élus catalans emprisonnés, en dehors de la question de l’indépendance. Ce vœu a été rejeté par la présidente DELGA et le président du bureau de l’Assemblée, Gérard ONESTA, au motif qu’ « il n’est pas d’intérêt régional et interfère sur les affaires intérieures de l’Espagne ». Pourtant, il y a six mois un vœu sur le même sujet avait été accepté. Le motif de ce revirement est politicien. Quand c’est le Parti Populaire de droite de Rajoy, la situation en Catalogne est inacceptable et quand c’est le PSOE, c’est différent ! Les connaisseurs de la situation catalane apprécieront. Quid de la sincérité et de la cohérence ? ».

 

Les quatre élus de La France Insoumise qui siègent au Conseil Régional Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée à Toulouse.