Le fondateur de Terra Nova et conseiller municipal délégué à Thuir, élu également de la Communauté de communes des Aspres, Olivier Ferrand, qui venait d’être élu député de la 8ème circonscription des Bouches-du-Rhône, est décédé ce samedi 30 juin 2012 en matinée.

Olivier Ferrand est décédé ce matin à Velaux (près d’Aix-en-Provence) d’un arrêt cardiaque, à l’âge de 42 ans. Le décès a été annoncé par le 1er secrétaire de la section PS des Bouches-du-Rhône, Jean-David Ciot : « Il est parti ce matin faire un jogging et a fait un arrêt cardiaque au retour ; les pompiers n’ont pas réussi à le ranimer. C’est un énorme choc ».

« Diplômé d’HEC, de Sciences-Po Paris et de l’ENA, administrateur civil au ministère de l’Economie et des Finances, Olivier Ferrand avait débuté sa carrière en 1997 à la Direction du Trésor, où il s’est occupé de négociations financières internationales (G7, FMI, OMC et OCDE) », peut-on lire sur Wikipédia.

Il était connu également pour être un proche de Dominique Strauss-Kahn et pour avoir créé le think tank progressiste Terra Nova « qui vise à produire et à diffuser des propositions de politiques innovantes », un think tank proche du PS, qui a joué un rôle de premier plan médiatique lors de la campagne présidentielle qui a vu l’élection du socialiste François Hollande.

Les habitants des Pyrénées-Orientales le connaissaient très bien.

Dans les années 90, c’est en préfecture des Pyrénées-Orientales, à Perpignan, qu’il effectua son stage de l’ENA, aux côtés du préfet Bernard Bonnet, dont il fut en quelque sorte un « chef de cabinet » dynamique, sémillant… et un fin stratège de la politique locale. Bref, un précieux collaborateur d’une intelligence rare et particulièrement efficace.

En 2007, Olivier Ferrand, parachuté par l’état-major du PS national à Paris, atterrit sur la 4ème circonscription des Pyrénées-Orientales. Le député PS sortant, Henri Sicre, par ailleurs ancien maire de Céret, ne se représente pas, au bout de quatre mandats successifs. Seulement voilà, les socialistes de la fédération catalane, eux, ont choisi massivement leur candidat, qui n’est pas Olivier Ferrand : il s’agit de Pierre Aylagas, maire d’ Argelès-sur-Mer, conseiller général et président de la communauté de communes Albères/ Côte Vermeille.

La lutte entre les deux hommes sera féroce, au-delà d’être fratricide au plan politique. Pour la première fois depuis… C’est la droite qui emportera haut la main cette 4ème circonscription des P-O, via la candidature de Jacqueline Irles (UMP), maire de Villeneuve-de-la-Raho et vice-présidente de Perpignan-Méditerranée Communauté d’Agglomération (l’Agglo PMCA).

Ironie du sort, le 17 juin dernier, les « frères socialistes ennemis », sont tous les deux élus députés à quelque 500 kilomètres de distance !

Pierre Aylagas s’installe enfin dans « son » fauteuil de député de la 4ème circonscription des P-O… et le fougueux, téméraire et séduisant Olivier Ferrand est élu (contre toute-attente) dans une circonscription pourtant classée très à droite, la 8ème du département des Bouches-du-Rhône. Les retrouvailles entre les deux hommes se feront donc dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Qui l’eut cru ? Qui aurait osé l’imaginer.

Entre temps, concernant la carrière politique d’ Olivier Ferrand, rappelons qu’il avait été élu adjoint au maire du 3ème arrondissement à Paris (2001/ 2007), investi donc très officiellement par le PS en 2007 sur la 4ème circonscription des P-O… et, en 2008, élu adjoint au maire de Thuir, René Olive, PS, par ailleurs conseiller général et président de la Communauté de communes des Aspres.

En 2012, pour les législatives, Olivier Ferrand avait choisi de se présenter en Provence, dans la région de Velaux, où sa famille a de solides et historiques attaches. Il venait donc d’être élu député le 17 juin 2012… Jean-Pierre Maggi, maire de Velaux, était son suppléant.

L’annonce du décès d’ Olivier Ferrand a suscité une très vive émotion dans les Pyrénées-Orientales, notamment à Saint-Estève et Rivesaltes, où il avait l’habitude de se rendre chez des amis (Jean-Jacques Vila et Laurent Gauze), ainsi, et peut-être plus qu’ailleurs, que sur la Côte Vermeille, à Collioure et Port-Vendres, où il venait régulièrement – au restaurant Sol é Mio de Paulilles… – et où il avait encore confirmé ce samedi matin avant d’aller faire son jogging qu’il envisageait de venir s’y reposer début juillet.

La disparition d’ Olivier Ferrand est un grand malheur, qui provoque une énorme tristesse chez toutes celles et tous ceux qui ont eu la chance, le privilège, de le rencontrer de le connaître. C’est certainement dans notre département, les Pyrénées-Orientales, qu’il avait le plus d’amis.

A son épouse Carole, à leur fille Ariane, la rédaction d’ Ouillade.eu adresse ses condoléances les plus attristées.

SUR NOTRE PHOTO (P.G.) : Olivier Ferrand au restaurant « Sol é Mio/ Chez Maryse », à Paulilles (Port-Vendres).