Communiqué de la fédération départementale du Parti Radical des P-O :

« LIGNE NOUVELLE LGV : LE GOUVERNEMENT NE TIENT PAS COMPTE DES POPULATIONS !

 

La ligne nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP)  est un dossier majeur de notre Département.

La connexion de notre territoire au réseau de ligne à grande vitesse est vitale. Mais pas à n’importe quel prix.

Le gouvernement a tranché sur ce dossier et n’a pas retenu les propositions des Catalans.

Celles de concilier économie et environnement.

Hormis la présidente PS du Conseil Départemental 66 et sa majorité, les forces vives de notre Département sont opposées au tracé aujourd’hui proposé. 

Notamment celui défendu par SNCF Réseau (ex RFF) principalement entre Salses le Château et Toulouges, qui à ce jour, exclu en grande partie la desserte de Perpignan Centre del Mon.

Nos positions étaient pourtant simples et moins coûteuses.

  • préserver au maximum nos terres agricoles,
  • épargner les riverains,
  • étudier sérieusement  les solutions alternatives à SNCF Réseau présentées par certaines communes et le monde associatif,
  • défendre le statut de gare « principale » pour Perpignan ainsi que le potentiel de nos infrastructures économiques.  Le Parti Radical 66 maintien son opposition au choix ministériel et fustige le silence du Conseil Départemental des Pyrénées Orientales ».

     

    Jacques GARSAU                                                      Jean-Michel HENRIC

    Président du Parti Radical des P-O.                         Secrétaire Général du Parti Radical des P-O.

     

    Laurence GAYTE

    Trésorière du Parti Radical des P-O.

//////////     //////////     //////////     //////////

Communiqué de l’association Protection & Maintien du Cadre de Vie (PMCV)

« TGV – DROIT DE PASSAGE EUROPEEN EN ROUSSILLON ACTÉ

Le secrétaire d’État M. Alain Vidalies vient de confirmer le tracé TGV-Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan qui sera soumis à l’enquête d’utilité publique au cours de l’hiver 2016.

A la lecture de ce communiqué, le choix retenu est donc le pire des scénarios pour notre département, contrairement à l’annonce faite par M. Edouard Parant lors des réunions publiques à Perpignan et à Salses qui affirmait faussement : «Tous les TGV voyageurs passeront en gare centre de Perpignan»,

  • la gare centre ne sera qu’une desserte pour les TGV locaux et non un passage pour tous les TGV voyageurs ainsi la gare centre du monde sera la gare de nulle part à destination limité contrairement à Narbonne qui deviendra la dernière desserte internationale de notre région.
  • La plaine du Roussillon offrira un droit de passage mixte TGV voyageurs et trains de marchandises au détriment de notre terroir et des cinq villages traversés,
  • Le vignoble de Rivesaltes bénéficiera d’une nouvelle appellation « SNCF Réseau ». En effet le projet prévoit pas moins de 4 raccordements ferroviaires derrière Espira de l’Agly-Rivesaltes, Rivesaltes dont la gare a disparu du projet. En clair une arrivée attendue depuis 25 ans mais obtenue à l’encontre des intérêts économiques de notre département malgré notre lutte pour un TGV voyageurs 100 % gare centre, le refus du secteur Rivesaltes-Le Soler, combat soutenu par l’ensemble des maires d’Espira de l’Agly au Soler, de l’Agglo Perpignan Méditerranée, du SCOT, de nombreuses communes du département et certains leaders politiques à l’exception du conseil départemental qui n’a de fait pas souhaité y participer en suivant la ligne de SNCF Réseau.Seul point positif dans ce communiqué et qui constitue un espoir pour notre département, l’indication de « la poursuite de la concertation sur les possibilités de phasage de réalisation du projet ainsi que la faisabilité des raccordements qui seraient rendus nécessaires par ces phasages ».C’est-à-dire la planification des mises en chantier dans le temps suivant l’intérêt économique de certains secteurs, notamment celui de la plaine du Roussillon.Pour l’instant nous rappelons que seul 29 trains de marchandises circulent en gare de Perpignan et qu’un projet de 650 millions d’euros ne paraît effectivement pas judicieux dans le cadre de nos finances actuelles.

    Arguments auxquels nous ajouterons l’annonce par la présidente du nouveau conseil régional Mme Carole Delga d’organiser les Etats généraux du rail au niveau régional.

    Ces concertations, doivent permettre, à notre classe politique et à nos responsables économiques de prendre toutes leurs responsabilités pour infléchir avant l’enquête d’utilité publique les incidences de cette situation.

    De notre côté, en concertation avec les maires de nos communes : Le Soler – Villeneuve de la Rivière –Baho – St Estève, Baixas, Peyrestortes, Espira de l’Agly et Rivesaltes nous continuerons le combat en espérant qu’à l’instar du projet THT, l’ensemble des forces vives du département participent à un grand débat pour faire front à cette décision qui va à l’encontre des intérêts de notre département ».

    Le bureau de PMCV

 

//////////     //////////     //////////     //////////

 

 

Communiqué du parti indépendantiste catalan CDC (Convergence Démocratique de Catalogne) :
« LIGNE TGV : SERVIR OU SE SERVIR DU ROUSSILLON ?
Le ministère des Transports a validé le tracé de la future ligne mixte à grande vitesse Perpignan-Montpellier. Nous ne saluons pas cette procédure, effectuée au mépris de la profonde crise économique qui frappe le Pays Catalan.
Les TGV s’arrêteront-ils tous au Centre del Món ? Certainement pas, mais les décideurs faussement crédules ont invité les bonnes âmes à le croire. En revanche, il appartient aux élites politiques et économiques du Pays Catalan d’exercer un puissant lobbying pour que le désenclavement par le rail soit maximal, sans quoi Perpignan deviendra Cerbère. Pour qu’un maximum de TGV s’arrête chez nous, nous devons unifier une même voix catalane, par-delà les appareils politiques. L’enjeu est majeur : la SNCF doit servir le Roussillon, et non pas seulement s’en servir. Sans cela, le TGV nous sera aussi utile que la ligne à Très Haute tension (THT) et le futur gazoduc européen : des nuisances, sans bénéfices.
La solution d’une ligne mixte, empruntée par les voyageurs et les marchandises, ne sera pas compétitive. Elle échappe à toute logique d’avenir car les flux asiatiques du Port de Barcelone, concurrent frontal de Rotterdam et d’Anvers, vont nécessairement grandir. Or, les techniciens connaissent parfaitement cette caractéristique macro-économique internationale. Le défi de la Perpignan-Montpellier, seul maillon faible du grand axe nord-sud européen, dépasse largement le Pays Catalan, où le TGV fait office de diversion locale, faute de projets ».
//////////     //////////     //////////     //////////
Communiqué du parti indépendantiste catalan UC (Unitat Catalana »:
« Unitat Catalana s’insurge de la validation par le ministre des transports du contournement de Perpignan par la LGV sans même la création d’une halte.
Ce tracé, actant le transport mixte voyageurs et fret est inacceptable pour notre territoire, d’autant plus méprisé par le gouvernement que Narbonne et Béziers se voient confirmées des gares sur la ligne.
Les trains internationaux ne passeront plus par Perpignan et n’auront plus la possibilité de s’arrêter en Roussillon qui est pourtant un lieu stratégique avec une interconnexion aéroport/route/voie ferrée et une population importante, en croissance permanente. Le fait d’accorder des gares à des villes de faible population et d’obliger les roussillonnais à prendre de nombreux trains (selon les horaires et la destination) à Figueres ou Narbonne  est un non sens économique tant pour les roussillonnais que pour les opérateurs de trains.
Ce tracé avait pourtant particulièrement mobilisé la population nord-catalane et les enquêtes et réunions publiques, auxquelles ont participé les élus d’UC dont Brice LAFONTAINE, avaient recueilli des avis particulièrement défavorables précisément à cause du contournement de Perpignan.
UC appelle une nouvelle fois les parlementaires des Pyrénées-Orientales ainsi que la ministre NEUVILLE à se mobiliser contre le contournement de Perpignan sans halte possible. À défaut de prise en considération des demandes des habitants de Catalogne Nord, nous ferons tout pour bloquer les travaux. A trop nous mépriser, seule nous restera la révolte ».