14/10/2013 : Interopérabilité des trains en Europe : adoption de l’avis de Marie-Thérèse Sanchez-Schmid (UMP, PPE, F) en commission

 

Marie-Thérèse Sanchez-Schmid, députée européenne, conseillère municipale (UMP) de Perpignan.

La commission du Développement régional a adopté lundi après-midi à l’unanimité (31 voix pour, 0 contre, 0 abstention),  l’avis de Marie-Thérèse Sanchez-Schmid sur la refonte de la directive sur l’Interopérabilité des trains en Europe.

« L’interopérabilité doit permettre à une locomotive ou un wagon de rouler indistinctement sur n’importe quelle section du réseau ferroviaire de l’UE, a expliqué l’élue. Malheureusement, nous en sommes encore loin : les différents systèmes des chemins de fer nationaux portent encore les stigmates de l’histoire belliqueuse de l’Europe. »

« Il existe actuellement plus de 11 000 règles techniques et de sécurité nationales dans l’Union. Le processus d’autorisation d’une locomotive ou d’un wagon est extrêmement compliqué : il peut durer jusqu’à deux ans et coûter jusqu’à 6 millions d’euros en fonction du bon vouloir des agences nationales de sécurité. »

« L’objectif du texte est de réduire ce maquis de règles : l’Agence Européenne du Rail, basée à Valenciennes, deviendrait le guichet unique pour toute autorisation de véhicule afin d’éviter toute discrimination et tout retard injustifié. »

« L’augmentation de l‘interopérabilité permettra le désenclavement de certaines régions frontalières, la réduction du coût du matériel pour les autorités locales et régionales, une accélération des échanges et une plus grande attractivité des territoires, a conclu l’élue de Perpignan.