Marie-Thérèse Sanchez-Schmid se félicite de l’accord sur l’avenir de la politique agricole commune mais dénonce la baisse du budget agricole français

Le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil des ministres sont parvenus la nuit dernière à un accord pour finaliser la réforme de la politique agricole commune (PAC) pour la période 2014 – 2020.

La PAC représente 38% du budget européen et est historiquement l’une des premières politiques européennes.

Pour l’élue de Perpignan : « Cet accord ouvre la voie à un vote rapide du Parlement européen en octobre afin d’être prêt à verser les aides aux agriculteurs dès 2014. Grâce au travail des eurodéputés, la nouvelle PAC permettra de concilier écologie et agriculture. Elle sera également plus équitable, avec une répartition plus juste des crédits pour les agriculteurs méditerranéens. »

« Malheureusement, lors des négociations budgétaires en février dernier, François Hollande a sacrifié le budget agricole français et a accepté une baisse de 7 milliards des crédits pour la France, là où Nicolas Sarkozy demandait le maintien du budget à l’euro près. »

« Le gouvernement socialiste a même menti en déclarant que cette baisse serait compensée par une augmentation d’un milliard d’euros par an pour le développement durable. Or il n’y a tout simplement pas de compensation ! »

« Avec mes collègues UMP, j’ai dénoncé ce double jeu du gouvernement. Malheureusement, les socialistes préfèrent donner de l’argent aux régions plutôt que de soutenir une agriculture française plus compétitive et plus durable. »