Jean-Jacques Lopez (Divers Gauche), maire de Salses-le-Château et conseiller général, n’est pas le seul élu local à s’inquiéter de la façon de faire du représentant RFF, chef de mission du projet, Edouard Parent pour ne pas le nommer…), concernant l’exploitation des études sur la future Ligne à grande vitesse (LGV), entre Perpignan et Montpellier, et plus particulièrement dans sa traversée des Corbières maritimes… Les élus locaux sont unanimes désormais : « On se demande si RFF ne se fout pas de notre gueule dans ce diossier ! ».

Ils précisent : « Ce fameux chef de mission de RFF nous invite pour, au final, nous dire ce qu’il a choisi sans tenir compte des remarques récurrentes formulées dans chaque réunion. Pire, il organise des journées de communication en invitant la presse et tout ceci au frais du contribuable car c’est bien les Départements, la Région et autres agglos ainsi que communautés de communes qui payent la majorité du montant de l’étude LGV Montpellier Perpignan (…) ».

Bref, les élus locaux en général, et Jean-Jacques Lopez en particulier, viennent de décider d’entrer en résistance !

Ainsi, vendredi dernier, suite à une réunion des quatre maires directement concernés – Salses (Jean-Jacques Lopez), Fitou (Patrick Tarrius), Caves (Jean Desmit) et La Palme (André Pla) – la décision à été prise de créer une association pour la défense des populations, pour la défense de l’économie locale, pour la défense de l’environnement et, surtout, pour la mise en place d’une ligne LGV mixte sur le tracé médian.

« Cette association sera ouverte à toutes les personnes morales et physiques ainsi qu’à toutes les collectivités ou associations qui comprennent le problème et qui désirent nous aider », précise encore Jean-Jacques Lopez. « Elle verra le jour officiellement vendredi prochain, 2 mars 2012, à 10h, en mairie de Fitou (Aude). Nous avons reçu déjà des lettres de soutien émanant d’élus nationaux et locaux accompagnés de différents courriers d’informations sur la situation au ministère du Transport et auprès de RFF (…) ».

Bref, ces élus locaux semblent déterminés à engager une série d’actions pour faire entendre leurs voix.

Le maire Salses-le-Château lui-même affiche sa détermination : « Ce combat est l’un de mes combats prioritaires car c’est maintenant que se joue l’avenir de la commune de Salses (partagée en deux par le rail !), celui du canton et de la vallée de l’Agly par la position de la gare sur Rivesaltes puisque ces décisions devront être présentées au ministre dès cet été (…). J’ai été élu pour défendre les intérêts des Salséens et du canton de Rivesaltes… alors je fonce dans ce combat ! ». C’est on ne peut plus clair et net !