François Rallo (UMP), maire de Saleilles.

 

« M. Jean-François Fons,

Dans une lettre ouverte en date du 18 mars dernier, parue dans les colonnes du site « Ouillade », l’équipe « Saleilles au cœur » et moi-même en ma qualité de Maire de Saleilles souhaitons vous apporter les réponses suivantes.

En préambule, je tiens à vous dire que si je me représente aujourd’hui devant les Saleillencs, c’est parce que j’estime avoir un bilan dont je n’ai pas à rougir voire, un très bon bilan mais aussi, pour vous dire, ou pour dire à tous ceux qui en douteraient encore : « que j’assume tous les choix que j’ai fait, que nous avons fait, pour Saleilles ».

Oui, j’assume aujourd’hui comme demain et ce, quels que soient les résultats de ces élections, les orientations et, les décisions que nous avons pris dans l’intérêt de Saleilles.

La Politique c’est faire des choix ! C’est ce que j’ai fait, c’est que nous avons fait durant ces 6 ans. Nous avons fait les choix que nous considérions être les meilleurs pour Saleilles.

Je sais que beaucoup de chose reste encore à faire. Je sais aussi qu’on peut considérer que tout n’a pas été parfait. Mais sachez que nous avons donné le meilleur de nous-même et, que nous continuerons à œuvrer en ce sens, comme nous l’avons toujours fait et ce, dans l’intérêt général de Saleilles.

En premier lieu, selon vous, je vous cite « sous votre mandat les impôts locaux ont augmenté ».

Sous le mandat de 2001 à 2008, c’est « votre ami » Jean-Michel Erre (c’est ainsi que vous l’avez qualifié durant votre réunion publique, sans doute anticipant le second tour, si second tour il y a) qui s’offusque d’impôts trop élevés et qui a la mémoire courte, car c’est lui qui n’a eu de cesse de les augmenter, à savoir :

+ 2,5 % en moyenne par an sur la taxe d’habitation.

+ 3,26 % en moyenne par an sur le foncier bâti.

Je vous laisse prendre connaissance des chiffres du document « Finances » distribué dans chaque boîte aux lettres de mes administrés.

Je me permets de vous rappeler d’ailleurs en cet instant que les investissements réalisés ont été de :

 

  1. 2001 à 2008 : 6 217 000 € en 7 ans (mandat de mon prédécesseur).
  2. 2008 à 2014 : 13 800 000 €, soit le double en à peine 6 ans sous mon mandat. Aux amnésiques et incompétents qui se plaisent à colporter ici ou là telles ou telles contre-vérités, je veux leur dire que la commune a présenté un budget primitif 2014, section d’investissement, en excédent de 4,2 Millions d’€ et ce, après avoir obtenu l’accord du contrôle de légalité de la Préfecture. 

    Concernant cette baisse des impôts de 6% (confère l’article du journal l’Indépendant du 1er mars 2014), Monsieur Jean-François Fons laisse entendre que : « comme j’avais vendu pour 5 500 000 € de terrains j’aurais pu baisser les impôts de plus de 6 % ».

    J’aurais pu les baisser de 30, 40 voire, 50%. Il rajoute même que : « cette annonce n’est donc pas seulement un leurre, mais bien un mensonge ».

     

    Je voudrais simplement rappeler à Monsieur Fons, lui qui se targue d’être un spécialiste des finances, de l’économie et, qui nous traite publiquement d’incompétents notoires en la matière que la loi détermine que : « les communes sont dans l’obligation de fixer leurs taux d’impositions dans les limites d’encadrement imposées par la loi ».

    En d’autres termes, la loi nous impose chaque année « un plancher et, un plafond » de taux d’imposition que nous ne pouvons pas dépasser.

     

    Dès lors et, même si j’avais voulu réduire massivement les impôts des Saleillencs à la suite de la vente de ces terrains, la loi m’aurait empêché de pouvoir les baisser au-delà d’un certain seuil…..au-delà des 1558 € cités dans votre article.

     

    En abaissant les impôts de près de 6%, j’ai pris le parti de couper la poire en deux : Récompenser les habitants de Saleilles pour l’effort qu’ils ont consenti ces dernières années et garder une capacité d’investissement conséquente pour l’avenir

     

    Voilà quel a été mon choix !

     

    En second lieu, toujours en vous citant, « sous votre mandat, la dette par habitant a explosé »

     

    Quant à la dette, parlons-en. Je n’ai aucun problème à ce sujet.

     

    Elle est passée en 2007 et, 2013 de 3,2 Millions d’€ à 4,1 Millions d’€, soit une augmentation de 900 000 €.

     

    Oui, la dette communale a augmenté sur la période 2007/2013 de prés de 900 000 €. J’en conviens.

     

    Mais pourquoi a – t – elle augmenté ?

     

    Parce que nous avons investis plus de 14 Millions d’€ sur la commune. Ce sont du cadre de vie, de nouveaux services pour nos concitoyens, de l’emploi pour nos entreprises locales des travaux publics.

     

    De plus et, si la dette a bien progressé de près de 900 000 €, il faut que vous sachiez aussi que les recettes de la commune ont augmenté et, sont passées de 3,8 Millions d’€ à 5,5 Millions d’€… soit 1,7 Million d’Euros de plus.

     

    Toutefois, l’endettement ou, la bonne santé d’une commune ne se mesure pas seulement à une simple addition ou, soustraction comme le font certains.

     

    Elle se mesure aussi et, surtout par rapport à ses recettes et, son épargne... Comme pour un ménage !

     

    Une commune de 5000 habitants avec peu de recettes et, d’épargne n’aura pas la même capacité de remboursement, si elle veut emprunter, qu’une commune de même taille avec des recettes et, une épargne confortable, comme c’est le cas de Saleilles…

     

    Le choix que j’ai fait, que nous avons fait, est d’avoir une capacité d’emprunt suffisante pour réaliser nos objectifs et, nos projets tout en gardant la possibilité de pouvoir rembourser et ce, à n’importe quel moment et, sans augmenter les impôts, les emprunts que nous avons contracté… Voilà ce que j’appelle une gestion en bon père de Famille, réaliste, dynamique et, structurée !

     

    Et malgré cela, vous comme d’autres continueront à clamer que « La commune est mal gérée ! »

     

    Je le dis et je le répète, celles et ceux qui prétendent que nos fiances sont dans le rouge sont, soit des menteurs, soit des incompétents en finances locales. Soit les deux.

     

    J’ai donc répondu à cela par un budget d’investissement en suréquilibre et, en :

     

  1. ABAISSANT dans la foulée les impôts locaux d’un point, soit environ 6 % pour redonner du pouvoir d’achat à nos concitoyens, 
  1. CONTINUANT à investir pour soutenir l’économie locale et ce malgré une crise sans précédent, des dotations de l’État encore en baisse, des dépenses supplémentaires liées à des reformes coûteuses et mal préparées et l’augmentation de la TVA. Enfin, en dernier lieu, vous concluez par « sous votre mandat la gestion du foncier a été désastreuse. 

    M. Jean-François Fons, comme certains de mes adversaires se plaignent que Saleilles ne deviennent une ville dortoir et que nous aurions trop de projets de lotissements en construction.

     

    Dois-je leur rappeler qu’une ville qui n’accueille pas de « nouveaux résidents » est une ville que se meurt, qui ne suscite plus d’intérêt et ensuite, je voudrais donc savoir comment ils comptent redynamiser notre commerce local sans nouvel apport de population.

     

    Vous m’accusez aussi de manquer d’ambition parce que la commune n’a pas réalisé elle-même le lotissement du Canigou, à l’entrée de Saleilles et, de l’avoir confié à une entreprise privée.

     

    Notre raisonnement a été le suivant : « Tout d’abord, nous sommes parti du principe que le métier d’une mairie n’est pas d’être promoteur immobilier. Ensuite, nous avions conscience qu’il aurait fallu emprunter entre 6 et, 7 Millions d’€ pour réaliser ce programme immobilier. Enfin, nous savions que si la mairie avait porter ce projet pendant un temps certain, c’est à dire que la mairie aurait dû prendre le risque d’investir dans un tel projet sans avoir la certitude que les parcelles pourraient être vendues rapidement et ce, dans la contexte d’un marché immobilier morose, tout en supportant les mensualités d’un emprunt qui auraient plombé les finances communales ».

     

    Je sais pertinemment que si la commune avait réalisé cette opération, les bénéfices financiers qu’elle aurait pu récolter auraient pu être plus conséquents.

     

    Mais, les risques étaient trop importants pour Saleilles. Nous avons donc préféré faire supporter l’ensemble de ces risques à un opérateur privé dont c’est le métier et, encaisser immédiatement, les fruits de cette opération.

     

    Enfin, concernant l’achat d’un terrain à un de mes adjoints, je voudrai vous apprendre –vu votre méconnaissance totale du système administratif français- qu’une commune ne peut acheter un terrain privé sans passer par le Service des domaines

    C’est le cas pour ce terrain comme tous ceux que la commune a acquis ces dernières années.

     

    Si certains sous entendent que j’aurai pu favoriser certains au détriment des autres, je leur conseille d’écrire au Service des domaines et, de leur demander comment ils déterminent le prix de vente des terrains.

     

    Voilà la vérité.

     

    Vous savez, je vais vous faire un aveu M. FONS: MOI, je ne suis pas banquier, ce n’est pas mon métier.

Je suis juste un maire pragmatique, qui gère les deniers publics en bon père de famille. Je l’avais promis d’ailleurs à mes concitoyens et je m’y suis attaché.

 

Tout ce que j’ai réalisé pour notre village en 6 ans, a été fait sans augmentation du taux communal puisqu’il n’augmentera pas cette année encore. Mieux, comme je viens de vous le dire précédemment, il baisse et je suis le seul maire de Saleilles et du département à l’avoir réalisé : le SEUL !

 

J’ai volontairement bloqué le prix de l’eau et de l’assainissement en 2013.

 

J’ai pris la décision de baisser le taux communal sur le ramassage des ordures ménagères.

 

Vous dites de moi, que je ne serai pas exemplaire, queje n’aurais aucune éthique !

Mais et, à ce que je sache et, contrairement à vous, je n’ai pas eu besoins de m’inventer des noms prestigieux, comme François Rivière, le président de l’USAP, ou Bernard Guasch ,le président des Dragons, pour expliquer que ma démarche était soutenue par des personnalités de ce département.

Or, quand j’apprends, il y a quelques temps, que le nom de Monsieur Rivière aurait été mis à son insu dans ledit comité de soutien d’un de mes adversaires et, que dès qu’il l’a su, lui a demandé à ne plus en faire partie….J’en veux pour preuve le communiqué de presse dont s’est fendu François Rivière dans le Journal local du 8 mars dernier s’offusquant de sa présence sans qu’on lui ait demandé son accord…on peut se demander si tout cela est bien moral !…

Que Monsieur Fons nous explique donc et, maintenant où est l’exemplarité, la déontologie, l’éthique dans le fait de manipuler les choses et, de travestir la réalité ! Lui qui veut se donner une image de chevalier blanc, de la transparence et, de l’honnêteté et, donner des leçons de morale à tout le monde !

Oui M. Fons, qu’il ne vous en déplaise, Saleilles a retrouvé les chemins du dynamisme et de la croissance.

Et c’est le Saleilles du 21ème siècle que nous allons renforcer et consolider.

A partir de là, il vous est devenu possible d’avoir une vision réaliste de la transformation de Saleilles et de son avenir.

Notre priorité est toujours la même : « construire ensemble la ville d’aujourd’hui, en pensant à demain ».

C’est pourquoi, je sollicite dès à présent à nouveau la confiance de mes concitoyens car il s’agit pour moi de rassembler chacune et chacun à l’horizon 2020 dans une même ambition.

Et je m’engage devant eux vous solennellement sur le triptyque suivant : « Grandir, vivre et travailler à Saleilles ». Plus que des mots ou un slogan, ce sera le moteur de notre action publique ! ».