Joseph PUIG (MoDEM), bouillonnant vigneron-maire centriste de Claira, conseiller départemental, après avoir connu des fiançailles avortées avec la commune de Saint-Hippolyte, serait en passe de rompre celles avec les communes choisies dans le département voisin de l’Aude – qui devait élargir son territoire communautaire Salanque-Méditerranée (transformé dès lors en Salanque-Corbières) qu’il préside – ces dernières apportant dans leur dot plus de dettes que de crédits…

Finis les vacances, bonjour la rentrée !… En Salanque-Corbières, durant la saison estivale, il s’en est passé des choses… Souvenons-nous, cela avait déjà commencé en début d’année 2016, lorsque Mme la Préfète des Pyrénées-Orientales, Josiane CHEVALIER, a présenté un SDCI (Schéma Départemental de Coopération Intercommunale) dans lequel la Communauté de communes Salanque-Méditerranée restait à quatre communes (les quatre mêmes : Claira, Fitou, Pia et Salses-le-Château).

Les communes de Fitou, Claira et Pia l’avaient refusé et demandé la fusion avec la Communauté de communes gavatxches des Corbières. Malgré le désaccord de Salses-le-Château et de Mme la Préfète, expliquant qu’il y aurait sûrement des problèmes d’incompatibilité financière (voir le compte rendu de la CDCI de début 2016),  les élus de la Commission Départementale de la Coopération Intercommunale (CDCI) ont voté favorablement, à la majorité qualifiée, cette fusion des deux communautés de communes, afin de donner naissance à l’appellation territoriale « Salanque-Corbières ».

Les communes des deux communautés de communes devaient donc valider (ou non) ce nouveau choix avant le 17 juillet 2016, pour une mise en place officielle au 1er janvier 2017.

Mais très étonnamment, les communes de Fitou, Claira et Pia ont voté contre le périmètre qu’elles avaient elles-mêmes proposé, pour ne pas dire imposé… (ce n’est certes pas une première, en tout cas pas en Pays catalan, puisque on se souvient qu’en 1993-94, alors qu’il était maire de Perpignan, le sénateur Paul ALDUY avait fait voter contre son propre budget municipal).

Résultat des courses, ou ironie du sort qui en est ici jeté : conformément aux textes, c’est maintenant au nouveau Préfet des P-O, Philippe VIGNES, de décider et de présenter sa décision en CDCI !
Soit il garde la fusion et bonjour l’ambiance au sein de la nouvelle communauté de communes catalano-audoise ; soit le Préfet décide de revenir à la case départ, déjà présentée il y a un an par son prédécesseur, Mme CHEVALIER donc, et, affirme un élu de Salanque-Corbières, « nous serons alors la risée du monde politique, avec un palmarès digne d’une compétition sportive internationale : trois faux départs en trois ans, une intégration du SCOT du grand Narbonne avortée, un mariage Claira/ Saint-Hippolyte avorté également… et maintenant une fusion avec Corbières avortée ! On va finir par nous rire au nez, ne plus nous prendre au sérieux, ou encore plus grave nous traiter d’incompétents. En attendant, tout cela nous ridiculise, il est grand temps d’en terminer ». Il y a encore une troisième possibilité : le Préfet colle d’office les communes de  Claira, Pia et Salses-le-Château dans la Communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole.
Les élus de la Communauté de communes Salanque-Méditerranée and C° doivent avoir leur avis là-dessus, nous n’en doutons pas un seul instant. Il serait d’ailleurs intéressant, passionnant, qu’ils s’expriment en communiquant leurs versions des motivations… et leur vision de l’avenir en « Salanque-Méditerranée-Corbières ».
Nous verrons bien d’ailleurs le poids des élus auprès du Préfet et en CDCI d’ici la fin de l’année… juste avant des élections 2017 déterminantes pour les années à venir… et pour les territoires !