Le RCP 66 (Rassemblement Citoyen et Politique des Pyrénées-Orientales), en partenariat avec le groupe d’action de La France Insoumise de Saint-Fenouillet a organisé vendredi 16 novembre 2018 des Assises départementales de l’agriculture. Comme prévu, le RCP 66 rendra publics ses constats, ses orientations et ses propositions par l’intermédiaire de communiqués de presse au cours des prochains mois. Ils sont le fruit de la richesse des débats et des échanges.

 

Communiqué de presse.

 

« Installer des jeunes et des familles pour pérenniser une agriculture paysanne

Le RCP’66 (Rassemblement Citoyen et Politique des Pyrénées-Orientales) fait du renouvellement de la population active agricole une ardente priorité pour pérenniser le modèle d’une agriculture paysanne. Face au vieillissement des agriculteurs et à la dérive d’une agriculture productiviste, il est urgent de favoriser l’installation de jeunes agriculteurs et de familles.

Le RCP’66 préconise, à l’opposé des fermes-usines, le développement ou la création de petites fermes à taille humaine. En effet, celles-ci sont plus facilement transmissibles, assurant ainsi le renouvellement des générations et une implantation diversifiée dans les territoires. Les pouvoirs publics doivent œuvrer en lien avec les collectivités locales pour la constitution de réserves foncières dédiées aux seuls usages agricoles et offrir des prêts à des conditions incitatives.
Cela passe par la création d’un contexte favorable (maintien des services publics de proximité, politique de mobilité adaptée, présence de commerces etc .) de nature à reconquérir les territoires ruraux par des familles, par des entreprises investissant dans l’économie locale et par de jeunes agriculteurs candidats à l’installation.

Cela va également de pair avec un enseignement et une formation agricoles aux contenus exigeants, pouvant répondre efficacement au renouveau d’une agriculture de qualité. Mais aujourd’hui nous sommes hélas loin du compte. Les établissements agricoles publics sont la cible de sévères coupes budgétaires les empêchant de fonctionner correctement. Ce sont les conséquences directes des politiques d’austérité voulues par la Commission européenne, auxquelles se prêtent avec beaucoup de zèle nos gouvernements passés et présents ».

Carole GOHIER et Francis CARMONA, porte-parole du RCP’66.