Marie-José Amigou.

« Nouvelles modalités de collecte des encombrants, on ne simplifie pas les choses ! »

Sous ce titre, Marie-José Amigou, conseillère municipale de Saint-Laurent de la Salanque, communique :

– « Chacun de vous a reçu récemment des services de la mairie un document émis par « Perpignan Méditerranée » initié par le maire, et l’adjoint délégué à l’agglomération, concernant les nouvelles modalités de ramassage des encombrants à partir du 15 octobre.

Jusqu’à présent le ramassage se faisait sans avoir à se signaler à l’avance.

Il est compréhensible qu’il faille faire des économies et qu’il ne soit pas utile qu’un véhicule et deux personnes sillonnent les rues de la commune inutilement dans beaucoup de cas. Cette nouvelle formule n’est pas une mauvaise chose.

Cependant, elle a ses revers dans l’application.

Le premier a été au niveau du démarrage. Les informations sont arrivées trois jours trop tard dans les boîtes aux lettres et que n’en ayant pas eu connaissance, de nombreuses personnes ont sorti des encombrants sur le trottoir comme auparavant. L’ennui est que le véhicule n’est pas passé dans leur rue, certains y sont toujours.

Après ce couac de démarrage il va falloir, pour les usagers, penser largement à l’avance qu’ils auront des encombrants à sortir. En effet, si la collecte a été portée à une fois par semaine, le mercredi, pour Saint-Laurent, elle sera limitée à 40 adresses.

Autrement dit, si vous êtes le 41e vous devrez garder vos encombrants une semaine de plus et peut-être davantage si la liste des réservations est déjà complète. Réservation que vous devrez faire par téléphone au service d’accueil de la mairie au moins trois jours à l’avance.

Dernier point pour ceux qui auront la chance d’être dans le « top 40 » il ne faudra pas oublier que vos encombrants devront être sortis la veille au soir, et que le ramassage après contact pris, auprès de l’association AEPI, titulaire du marché, se limitera à 2 et rapidement à 1 m3 par foyer, ce qui représente en volume une machine à laver.

Toutes ces contraintes, ont en réalité pour finalité de mettre en place un service à minima et ainsi d’inciter les administrés à fréquenter la déchetterie à Saint Hippolyte, ce qui va être très pénalisant pour les personnes âgées, ou sans moyen de transport.

Espérons que notre message soit entendu, afin que les trottoirs ne soient pas des poubelles.

Les élus de la majorité doivent prendre conscience de la nécessité de revoir cette nouvelle réglementation, afin d’aligner le nombre de points de ramassage à la demande, et de revoir le cubage ».