Fernand Siré, Président du foyer des Mouettes, député UMP de la 2ème circonscription des P-O, ancien maire de Saint-Laurent-de-la-Salanque, communique :

« Suite aux articles de Monsieur Naya-Dubois et de certains parents de résidents concernant le foyer des Mouettes, je tiens à clarifier la situation sans polémique.

Monsieur Alain Got avait été embauché comme directeur du foyer des Mouettes sur sa demande et par moi-même, le 1er juin 2006.

Ce dernier avait pour mission, sous le contrôle du Conseil Général des Pyrénées Orientales et de l’Agence Régionale de Santé (ARS), :

– de transformer le fonctionnement de l’établissement sous contrôle des autorités de tutelle

– de remettre en conformité les locaux abritant les pensionnaires, actuellement inadaptés en vertu  des dispositions de la loi sur le handicap (en effet, la plupart des chambres sont occupées par 3 lits sans sanitaire privatif). Cette tâche avait été jugée prioritaire par le Président, le Conseil d’Administration et le Conseil Général.

Pendant 6 ans, Monsieur GOT n’a eu de cesse de nous soutenir, au Conseil d’Administration, moi-même, ainsi qu’aux familles que l’agrandissement de la structure, in situ, était en cours avec l’accord des autorités de tutelle (Préfecture, ARS et Conseil Général 66).

Celui-ci en avait même fait le rêve et l’avait exprimé dans « la lettre du directeur » de décembre 2012 :  » Je souhaite aux résidents, à vous les personnels, à nous les dirigeants, nous tous dont la patience est mise à l’épreuve, que l’année 2013 voit ce jour où les pelles mécaniques passeront le portail du foyer. Alors je considèrerai avoir atteint l’objectif pour lequel je m’étais engagé et rempli la mission qui m’était confiée. Je pourrai alors paisiblement et sereinement envisager de me retirer du rôle de directeur que j’endosse depuis 6 ans maintenant. « 

Mais pour que ce rêve se réalise, il aurait peut être fallu que Monsieur GOT engage les démarches administratives nécessaires et indispensables à la réalisation d’un tel projet.

Or, lors du Conseil d’Administration précédent son départ à la retraite, j’ai demandé à Monsieur GOT où en était le projet et si un quelconque permis en étude de faisabilité avec certificat d’urbanisme avait été déposé officiellement avec réponse administrative de la mairie du Barcarès. Celui-ci m’a alors répondu que rien n’avait été fait. D’ailleurs, aucun dossier n’a été transmis à notre autorité de tarification, le Conseil Général 66.

J’ai donc repris le dossier, avec l’aide de Monsieur Pierre Blanc, directeur général du Val de Sournia avec lequel nous étudiions, à l’époque, une possible association par mandat de gestion de nos structures.

J’ai pris contact avec le maire du Barcarès qui s’est montré favorable au projet, celui-ci réduisant  le déficit en logements sociaux de sa commune.

Un certificat d’urbanisme a donc été déposé mais récusé par les services des risques de l’Etat en raison de la proximité à 30 m des berges de l’Agly, zone à risque majeur du PPRI (Plan de Prévention du Risque Inondation) du Barcarès et, en particulier, pour une population déjà en situation de handicap.

J’ai consulté les responsables de l’ARS, les services de la Préfecture et, enfin, les services du Conseil Général 66. Ils ont tous émis un avis défavorable quant à la reconstruction in situ.

Nous nous sommes alors mis à rechercher, dans l’urgence, un lieu approprié pour déplacer l’établissement afin que celui-ci conserve son autorisation.

C’est dans ce cadre que le Conseil Général nous a proposé une solution, à Claira, en lieu et place de la future maison de retraite, au centre d’un lotissement résidentiel qui avait obtenu le permis de construire mais pas l’autorisation d’ouverture par l’Etat et le Conseil général par manque de financement.

Courant  2014, en collaboration avec le Conseil Général nous avons donc soumis, au maire de Claira, ce projet de reconstruction du foyer des Mouettes d’une capacité de 100 lits sur ce site.

Après réflexion et consultation de son équipe municipale, Monsieur Joseph PUIG, maire de Claira, a, d’une part, accepté ce projet et, d’autre part, cédé gratuitement le terrain de 1.3 hectare aménagé pour un euro symbolique et une zone attenante de loisirs de 1.5 hectare environ.

Le permis de construire a été déposé par l’office HLM des Pyrénées Orientales, qui assure, avec le Conseil Général 66, la totalité des frais de construction du nouvel établissement.

Ce permis vient d’être accepté par les différentes commissions de sécurité et d’administration concernées.

Je tiens à remercier Monsieur Joseph PUIG, maire de Claira, pour son geste et le Conseil Général pour sa collaboration et la prise en charge du financement total tant de l’investissement que du fonctionnement du futur établissement.

Cette structure verra donc bientôt le jour pour le plus grand bonheur de nos résidents qui attendent, tous, les nouveaux locaux composés de 6 modules indépendants avec chambres individuelles dotées de salle de bain, attenant aux différentes annexes de restauration, d’animation et de soins pour une surface bâtie de 5 000 m2, soit le double de la surface actuelle au Barcarès.

Monsieur Alain Got promettait dans son programme électoral d’étudier, dans l’avenir, l’implantation des Mouettes et déclarait qu’il existait une solution réfléchie. Il y a déjà réfléchi pendant 6 ans. Pour quels résultats ???

Comment peut-il affirmer cela, alors qu’en tant que directeur de cette structure pendant 6 ans, il n’a pas eu la volonté d’améliorer, de façon significative, les locaux délabrés des pensionnaires mais n’a pas manqué, en revanche, de rénover entièrement, d’une part, les bureaux de la direction et, d’autre part, sans autorisation du gestionnaire et du Conseil d’Administration, l’appartement qu’il occupait et continue à occuper avec sa compagne, nommée directrice de l’établissement à son départ à la retraite.

Ces travaux ont été réalisés, pour un montant estimé à plus de  80.000 euros (24.000 euros par l’ancien directeur et 68.000 euros par Monsieur GOT et sa compagne), alors que Monsieur GOT  connaissait la situation précaire de l’établissement.

En aucun cas, l’association « LES MOUETTES » ne demeurera bénéficiaire de ces travaux, celle-ci n’étant pas propriétaire mais locataire des lieux.

Je rappelle que Monsieur Alain GOT n’a aucune autorité sur l’établissement géré par son Président et le Conseil d’Administration associé avec la structure Val de Sournia dans le cadre d’un mandat de gestion et travaillant en étroite collaboration avec les services du Conseil général 66.

Nous avons travaillé pendant plus d’un an pour améliorer le bien-être des résidents des Mouettes et trouver la meilleure solution pour leur confort.

Je regrette que certains se soient servis du handicap pour une campagne électorale personnelle alors que j’ai veillé à ne pas donner ces explications pendant la campagne ».