L’Opposition municipale communique :

 

 

« A Saint-Hippolyte : un budget de consolidation ?

 

 

Le budget de la commune a enfin été voté. En fonctionnement il est quasiment identique à celui de l’an dernier avec 69 500 € en moins pour 2020. L’adjoint aux Finances a un peu exagéré sur les dépenses imprévues, 154 100 € alors que l’an dernier 6 000 € avaient suffi. De quoi a-t-il peur ?

Toute l’équipe municipale a également exagéré avec une augmentation de 4,25 % de la taxe foncière, sans parler de l’augmentation des bases, ce qui ne manquera pas de grever lourdement les finances de ceux qui acquittent cet impôt sur la commune. Ce n’est pas le cas pour quelques nouveaux et anciens élus (presqu’un tiers du conseil). Cette forte augmentation de la TF entrainera un surplus de 167 530 € de recettes en fonctionnement, qui s’ajouteront à l’excédent de 865 000 € du compte administratif annoncé en janvier lors de la cérémonie des vœux à la population. C’est incompréhensible !

Les services du périscolaire, du point jeunes et de la cantine ont également augmenté, impactant fortement le portefeuille des Hippolytains. Ils n’en parlent pas dans le bulletin municipal de ces « petites augmentations ».

Pour la section d’investissement c’est plutôt les vaches maigres avec une baisse de 709 782 € par rapport à l’an dernier comme si la construction de l’école/médiathèque s’interrompait. Pas d’emprunt annoncé pour 2020 mais 1 220 000 € seront empruntés en 2021.

Au sujet de la médiathèque, d’après les chiffres annoncés toujours par l’adjoint aux Finances, elle ne coûtera pas un centime à la collectivité. Belle performance qui nous laisse dans l’incrédulité la plus totale ! Pour nous le coût école/médiathèque de 2 960 000 € auquel on retranche 2 400 000 € pour l’école seule, donne un solde de 560 000 € pour la médiathèque (Chiffres annoncés par l’adjoint aux Finances dans l’organe de propagande municipale). Et encore le coût du fonctionnement de la médiathèque n’est pas précisé…

Allez, à l’année prochaine pour le prochain budget à moins que d’ici là… ».