(Communiqué)

 

« La Cour des comptes épingle la commune de Saint-Hippolyte »

 

Sous ce titre, les élus de l’Opposition qui siégeaient au sein du Conseil Municipal de Saint-Hippolyte dans le précédent mandat (2014 – 2020), nous communiquent avec prière d’insérer :

 

 

-« Nous ne savons pas si ce sont les courriers que nous avions adressés à la Préfecture ou à la Cour des Comptes en 2018 et en 2019 qui ont déclenché le contrôle des finances de la commune de Saint-Hippolyte, mais c’est presque sûr et nous en sommes heureux

 

Avant la présentation du rapport de la Cour des Comptes du 1er décembre 2020 en séance du conseil municipal du 30 mars 2021, combien d’élus étaient au courant de son existence ? Des observations provisoires avaient pourtant été envoyées à Mme le maire le 7 juillet 2020.
En tout cas l’article paru dans le journal local du mercredi 15 avril reflète bien la situation financière de notre village qui est on ne peut plus calamiteuse. L’encours de la dette s’élevait fin 2019 à 2 647 859 € hors compte de rattachement pour la journaliste du journal local, mais en réalité l’encours de dette du budget principal est de 3 486 502 € fin décembre 2019 avec une dette de 1 160 € par habitant, quand cette dette était de 706 € en 2014.
Mme le maire a beau déclarer à la journaliste que « Nous avons une population très jeune avec beaucoup d’enfants » oui bien sûr, mais alors pourquoi le rectorat a-t-il prévu une fermeture de classe à la prochaine rentrée de septembre ? La commune n’a pas eu à construire le PIJ, le centre de loisirs, la cantine et les extensions de l’école maternelle qui étaient déjà réalisés par les municipalités précédentes, sans atteindre un tel niveau d’endettement …
« Quatre personnes qui partent à la retraite ne seront pas remplacées » ; oui bien sûr, mais il a fallu remplacer celui qui faisait fonction de DGS* par un attaché territorial de 1re classe dont le salaire est sûrement plus conséquent. La commune a aussi embauché récemment un responsable des services techniques avec une certaine ancienneté qui se paie également et antérieurement une ancienne DRH** venue de la région parisienne avec son ancienneté. Donc, peu de bénéfices après ces départs.
A aucun moment dans cet article il n’est d’ailleurs fait allusion à cette médiathèque dont la construction a été maintenue par Mme le maire et son équipe. L’avertissement reçu lors du conseil municipal de décembre 2018 n’a pas suffi, quand huit membres de sa majorité s’étaient abstenus lors du vote sur l’avant-projet car ils avaient un gros doute sur son financement. S’ils nous avaient suivi en votant contre, la médiathèque ne serait pas un boulet supplémentaire dans le budget de la commune (1 078 947,31 € HT).
N’oublions pas son fonctionnement avec l’engagement d’un directeur ou d’une directrice avec les bonnes références et compétences à la hauteur de la dépense réalisée.
« Après le chantier de l’école nous allons faire une pause sur les gros investissements. Pour 2020 nous avons un excédent de fonctionnement de 300 000 €. Et nous espérons que 2021 nous réserve de bonnes surprises ». Vont-ils jouer au loto ?
L’école n’est pas finie puisqu’il manque encore six salles de classe ; donc la pause n’est pas pour encore, à moins que… c’est peut-être pour cela que le 3 février dernier a été votée une nouvelle ligne de trésorerie de 300 000 € auprès de la Caisse d’Epargne (à quoi sert l’excédent ?) Comment et par qui sont suivies les préconisations de la Chambre de la Cour des Comptes ? Pas par ce Conseil Municipal !
La Cour des Comptes a pointé du doigt les nombreuses irrégularités commises (sciemment ?) par Mme le maire, son 1er adjoint et l’expert-comptable, commissaire aux comptes de la commission finances :
– Les documents budgétaires complets sont inaccessibles sur internet pour les Hippolytains,
– les annexes budgétaires sont incomplètes,
– les charges de personnel ne sont plus maîtrisées, passant de 52,4 % des charges générales en 2014 à 61,2 % en 2019, il faut dire ici que les 51 employés communaux sont plus nombreux que les 21 en moyenne des communes de la strate de Saint-Hippolyte,
– certains emprunts réalisés étaient inutiles sauf à accélérer l’endettement exponentiel de la commune. Ainsi en 2017/2018 a été empruntée la somme de 670 250 € alors qu’un emprunt de 351 704 € suffisait,
– aucune provision n’a été prévue pour régler le conflit avec l’ancien DGS alors que l’on s’approche à grand pas du règlement de cette affaire et que la somme devrait être assez importante.
Le résultat de ce contrôle nous plonge dans l’inquiétude la plus totale. Lorsque l’on voit l’état de la voirie, des espaces décoratifs, de la signalisation routière, du mobilier urbain ainsi que plus dramatique, la déliquescence des services municipaux, dans quel état va se retrouver la commune à la fin du second mandat de Mme Garcia-Vidal, sachant que l’on ne peut plus investir ? Nous doutons fortement de leur capacité à gérer.
Depuis l’après-guerre c’est la première fois qu’un conseil municipal à Saint-Hippolyte se fait corriger par la Cour Régionale des Comptes, c’est un signe fort vers les électeurs pour les prochaines échéances…
Rejoignez-nous sur le site : lagazettehippolytaine66.wordpress.com nous y publions régulièrement des articles qui ne sont pas « souvent mensongers » (vœux 2021). Tout est vrai !
Comptez sur notre vigilance pour vous informer ».

Signé : les anciens élus d’opposition 2014/2020

 

*DGS = Directeur Général des Services

**DRH = Directeur des Ressources Humaines.