Communiqué de presse du PCF’66 /

 

« Les salariés de la clinique La Pinède à Saint-Estève ont repris le travail la tête haute! Honte à leurs patrons et à ceux qui les laissent faire.
La déléguée syndicale CGT bien qu’un peu sonnée et dégoutée a pourtant été claire « nous n’avons rien gagné mais nous n’avons pas tout perdu ! nous avons montré notre dignité, nous avons osé faire grève, nous sommes aujourd’hui plus soudés, plus amis, plus solidaires. »

 

Pour la plus part des salariées et des salariés de la clinique située à Saint-Estève c’était la première grève, mais que la multinationale qui les exploite se le tienne pour dit : pas du tout sûr que cela soit la dernière.

 

Après 11 jours de lutte, de fatigue, de perte financière, de mensonges, de mépris … les grévistes de la clinique « La Pinède » ont repris le travail la tête haute. C’est légitime ! En effet la honte doit retomber sur ces patrons sourds à la souffrance des salariés et les pouvoirs publics qui ont accepté l’odieuse intransigeance, le méprisable chantage de cette multinationale qui fait 2,9 milliards d’€ de chiffre d’affaire, dont le P-DG, Yves Le Masne, percevait en 2016 une rémunération annuelle de 1,26 million d’€ et dont la cupidité des actionnaires dégrade la qualité des soins.

 

Entre l’aide soignante qui travaille dix heures chaque nuit pour 1 400 €/mois, celle qui après trente ans de clinique dépasse péniblement les 1 500€ et un P-DG qui émarge à 100 000€/mois notre choix ira toujours vers les premières.

 

En ce moment un autre établissement du groupe dans les P-O est en grève, il s’agît du centre Air-Mer-Soleil situé à Collioure (les mêmes causes produisant les mêmes effets et les mêmes revendications). Les personnels réclament de meilleures conditions de travail pour une meilleure qualité de soins.

 

Les salariés grévistes de la clinique La Pinède et du centre Air-Mer-Soleil de Collioure, appellent à une manifestation de soutien à leurs revendications jeudi 20 septembre -10h 30 – place Catalogne à Perpignan.
Le PCF y sera et vous appelle à venir nombreuses et nombreux ».