Quelles sont les priorités municipales et où va notre argent ?

Le 28 juin 2017, la mairie de Saint-Cyprien signe un accord de partenariat avec L’USAP (Blog USAP.fr). La commune s’engage, entre autres, à louer une loge au Stade Aimé GIRAL pour la saison 2017/2018, pour la somme modique de 30 000 à 40 000€…

Le maire justifie ce partenariat en disant : « qu’il remplace le tournoi des légendes de tennis qui n’avait pas le même écho médiatique pour la ville sportive qu’est Saint-Cyprien et ne touchait qu’un public d’initiés » mais aussi, en expliquant : « Qu’au lieu d’un événement ciblé de 3 jours (Tennis des légendes), la commune a 100 places pour chaque match, un vrai partenariat et une couverture télé » et ces 100 places sont et seront à disposition des associations et des commerçants pour leurs adhérents et clients, les autres seront distribuées directement par le cabinet du maire » (Propos tenus par le maire sur le Facebook – « Saint Cyprien Plage » – le 21 août 2017 à 15h 03 et 18h 20) et confirmés ce lundi en Conseil municipal.

Il y a , une forte incohérence entre les différentes déclarations du maire sur la situation financière de la ville, le vécu quotidien des Cyprianais, les décisions prises en leur nom et l’utilisation de leurs deniers.

Mars 2014: tout va bien… à la veille des élections municipales. L’équipe sortante et son maire sont aux commandes depuis 2009 et Saint-Cyprien,  grâce à eux  et d’après eux, sort de la zone rouge…. Le St-Cyp Info de l’été 2014, page 3, affirme même que : « les dotations de l’état seront en forte baisse mais qu’il n’est pas question de relever les taux de fiscalité locale ». Quelques temps auparavant, dans un autre St-Cyp info : « La saine gestion financière de Saint – Cyprien a permis de soulager notre endettement (près de 30%) mais aussi, de poursuivre peu à peu l’investissement et les travaux. Une orientation ferme que j’ai voulue, dit M. Del Poso, sans augmenter d’un euro les impôts communaux ni faire appel à l’emprunt ». Devant tant de réussite, la ville vote et réélit cette brillante équipe. 

Mars 2016: M. Del Poso explique que la commune est dans une situation financière catastrophique et qu’elle n’a plus d’argent : « il nous faudra trouver 350 000€ l’année prochaine pour faire fonctionner la mairie.» (site internet Youtube. Taper : Conseil municipal du 29/03/2016).

Après 7 années de mandat, M. Del Poso et son équipe constatent ce que l’Opposition municipale prévoyait en dénonçant depuis 2009 la gestion dispendieuse de la ville : « la commune est exsangue financièrement » reconnait avec force le maire. Dressant un tableau apocalyptique des finances publiques et criant « au loup » pour mieux faire passer la pilule, l’équipe décide de prendre courant 2016 des mesures « extrêmes »…

Oubliant toutes les promesses de campagne, M. Del Poso et son équipe, coup sur coup :

infligent aux contribuables locaux une augmentation des impôts locaux de 7% !

tentent de poursuivre la vente de notre patrimoine par différentes opérations.

augmentent les tarifs de certains services publics communaux ; suppriment les primes de certains retraités et réduisent les subventions associatives. (Mais d’autres primes aux montants parfois scandaleux sont maintenues, de même que les augmentations des indemnités des élus, bien sûr, ainsi que les indemnités d’un chef lieu de canton qui n’existe plus) !

instaurent le catastrophique système des parkings payants (horodateurs achetés 400 000 euros + les « à-côtés » !) avec le succès d’estime que l’on sait et l’efficience constatée !

Cette décision de partenariat avec l’USAP, prise au nom des habitants de la commune de Saint-Cyprien, est-elle pertinente ou pas dans le contexte actuel ?

« évidemment non ! »

parce que cette décision est loin des préoccupations quotidiennes d’une très large majorité de Cyprianais : en quoi ce partenariat avec l’USAP peut-il, au-delà de quelques égos flattés, améliorer nos finances communales délabrées ?

— parce que notre ville, en son état actuel notamment, n’a pas vocation à subventionner, aujourd’hui pas plus qu’hier, des Club Sportifs, des évènements ou des projets qui ne servent pas directement les intérêts des habitants de Saint – Cyprien.

parce que malgré la situation financière apocalyptique, on dilapide notre argent, nos impôts, notre patrimoine, pour des éléments de pur confort qui ne servent que les intérêts de quelques uns.

Le principe du consentement à l’impôt n’est pas un blanc seing accordé à un élu de faire tout et n’importe quoi avec notre argent. Monsieur Del Poso et son équipe ne peuvent plus prendre des décisions pour initiés qui engagent les deniers publics de la Commune « pour le seul bon plaisir de quelques uns », surtout en période de restriction budgétaire qui implique pour les Cyprianais des efforts financiers conséquents.

Monsieur Del Poso et son équipe ont été élus en 2009 puis réélus en mars 2014 pour consacrer l’argent public, l’argent de nos impôts essentiellement à des missions d’intérêt général (Réduction de nos impôts, réduction de la dette,…..) et non au service d’autres intérêts. Ce partenariat avec l’USAP sonne plus comme un privilège que s’accordent certains ou comme une manière aristocratique d’utiliser nos impôts. Est-il besoin de rappeler que c’est grâce à notre argent que Monsieur Del Poso et ses proches peuvent s’offrir des places VIP à l’USAP ?…

Ce n’est en rien une décision ayant pour but d’améliorer la qualité de vie des habitants de Saint-Cyprien, réduire notre endettement ou faire baisser nos impôts.

Il est temps que nos responsables communaux se mettent au diapason des nécessités collectives et à leur tour, prennent des engagements solennels sur la baisse de leurs dépenses, pour aboutir à la baisse de nos impôts. Mais cela suppose une petite révolution intellectuelle de la part de nos élus. Cela suppose en fait qu’ils cessent de s’imaginer que la collectivité peut faire un usage plus judicieux de l’argent des ménages, souvent difficilement gagné, que ces ménages eux-mêmes.