Suite à son communiqué de presse face à l’actualité du projet LGV Montpellier Perpignan, l’association pour le Transport Ferroviaire Transpyrénéen a souhaité apporter quelques précisions non sans évoquer PMCV.

« Faisant suite au mail que vous venez de faire parvenir à MP2 je tiens à apporter quelques précisions :

Ce que PMCV appelle contournement de Perpignan n’existe pas, il s’agit tout simplement du tracé retenu par le rapport Querrien en 1992 remis souvent en cause par PMCV avec un projet fantaisiste ne respectant pas les standards européens. Cette idée de dire « contournement » est née de la communication du maire du Soler afin de cacher tous les permis de construire, accordés dans cette zone, depuis le dépôt du tracé. C’est à la suite de cela que les habitants ont créés PMCV.
Cette situation a déjà été dénoncé d’une part par Energie TGV et d’autre part par les médias ;

Dans le cadre de notre droit de réponse nous préciserons :

1 – Que l’association pour le Transport Ferroviaire Transpyrénéen et l’association Energie TGV ont le même président.

2 – Qu’effectivement « Le terme contournement de Perpignan n’existe pas » dans le cadre du projet LGV il est appelé tracé « Plaine du Roussillon » et se dédouble avec l’accès Gare de Perpignan au nord, la partie sud Perpignan Barcelone étant déjà opérationnelle. Toutefois il représente bien de fait le contournement de Perpignan, qui bénéficie d’une condition de sauvegarde particulière dans le cadre du phasage du projet.

3– Les conditions de création de l’association PMCV n’ont rien à voir avec le contexte indiqué. PMCV a été crée en 1990 au tout début de la mission Querrien (pour mémoire Energie TGV en 1992), pour défendre le territoire de Roquefort des Corbières au Perthus en proposant un tracé le long de l’autoroute qui a été rejeté, ce projet n’avait rien de fantaisiste. Notre association a toutefois permis d’obtenir des modifications de tracé sur Villemolaque et Baho.

4 – Depuis 1990, nous n’avons jamais fait l’objet de dénonciation particulière de la part des médias. Nous avons toujours défendu l’arrivée du TGV en Roussillon, à l’origine un projet et un contexte bien différents. A partir de 2012, nous militons pour le tracé LGV Montpellier – Perpignan – Barcelone car l’évolution et l’analyse du projet nous a fait constater l’inutilité du tronçon Rivesaltes – Le Soler au vu de ses conséquences économiques pour l’activité de la Gare TGV, notre département, territoriale pour la plaine du Roussillon et financière pour le projet.

5 – Par ailleurs si nous défendons une certaine idée de l’arrivée du TGV en Roussillon, il n’en est évidemment pas de même pour le Transport Ferroviaire Transpyrénéen, l’association Energie TGV, qui ont une vision uniquement européenne de la ligne en défendant les lobbys internationaux dont nous ne faisons pas partie.

6 – Notre site « tgv.roussillon.fr » témoigne de notre action depuis 1990 et permet à chacun de retrouver l’évolution de l’histoire du TGV en Roussillon vu par les citoyens, hormis les archives des médias, nous ne trouvons pas trace d’association permettant cette vision.

Indépendamment de cette mise au point, sur les éléments présentés dans l’article nous indiquons :

Le phasage Montpellier-Béziers puis Béziers-Perpignan, apparaissait surtout comme une possibilité d’avancer le projet dans le temps compte tenu du contexte financier.
L’aménagement des emprises de la gare de Perpignan aux standards européens doit pouvoir se réaliser en se mettant aux normes ferroviaires SNCF afin de solutionner les problèmes techniques car comment feront-ils en arrivant sur la voie classique Rivesaltes – Narbonne – Béziers pour continuer.

Il est indiqué que «le projet prévoyait 77 circulation par jour (tous trafics confondus), il y en a bien 77 mais par semaine» soit 11 trains/jour, pour mémoire dans le premier projet il était annoncé 200 trains/jour. Nous retrouvons là les anomalies des prévisions et l’énorme potentiel nécessaire à la création du tronçon Rivesaltes-Le Soler.

Dire que « les transporteurs sont demandeurs et que la mise en service de la LGV sera un bonheur pour le développement de Saint-Charles International en particulier pour les OFP ». Nous demandons à voir car nous rappelons que le tronçon Rivesaltes – Le Soler ne change en rien le fonctionnement actuel. Pour nous au contraire la création de ce tronçon l’enterrera.
Et, s’il existe bien une idée de contournement de Perpignan, les citoyens seraient heureux de la connaître afin de donner leur point de vue.

Nous regrettons d’avoir à intervenir en droit de réponse, car tel n’est pas notre objectif, chacun a le droit d’avoir son avis sur ce projet qui préoccupe le département depuis trente ans.

En conclusion, notre association souhaite simplement que nos responsables économiques et politiques analysent bien la situation afin de participer efficacement à l’avancement du projet sans oublier ses conséquences sur le Roussillon ».

Le bureau de l’association PMCV.