(Communiqué)

 

 

-« Quand les Pyrénées Orientales s’éveilleront
Le 21e siècle sera le transport par chemin de fer s’il survit 20eme (Louis Armand). Il ne manque maintenant que des décideurs qui vont avec. Aujourd’hui c’est le réchauffement climatique qui vient rebattre les cartes avec le réchauffement climatique, donnant ainsi raison à Louis Armand ex Président de la SNCF et Académicien

 

Le RER Catalan

Les lignes secondaires : Elne-Le Boulou-Céret-Amélie les bains, Rivesaltes-saint Paul du Fenouillet et Villefranche Latour de Carol et la LGV Perpignan-Figuéras.
Pour mémoire des conducteurs de TER de Perpignan avaient émis l’idée d’une appellation le RER Catalan, ce nom conviendrait parfaitement à ces 3 +1
Elne-Le oulou-Amélie les Bains voire Arles sur Tech :
La Catalogne envisage d’aménager la voie coté mer de la ligne Villamalla, Figuéras-Port-Bou, et cerbère à l’écartement international permettant ainsi à certains trains de fret voire de voyageurs de récupérer la LGV à la hauteur du changement de voie « saute- mouton » après la sortie du tunnel ; cela autoriserait également à recréer une desserte « voyageurs » de Perpignan, Elne, Le Boulou, Céret et Amélie les Bains, voire Arles sur tech. Le tronçon Le Boulou-Céret existe toujours mais nécessite une remise en état, quant au tronçon Céret-Amélie les bains, la plate forme appartient toujours à la SNCF.
Aujourd’hui ce tracé a été converti en voie verte cyclable jusqu’à Arles sur Tech mais peut être récupéré.
Le tronçon Elne-Le Boulou pourrait éventuellement être mis en double voie avec une ou deux haltes Une à Otaffa par exemple coté passage à niveau ouest ce qui permettrait de l’aménager et une autre vers banyuls dels Aspres. Ce serait le RER Catalan Bleu.
– Perpignan-Rivesaltes :
La circulation automobile ayant beaucoup évoluée il devient nécessaire de prolonger la desserte voyageurs jusqu’à Saint Paul du Fenouillet.
Ce serait le RER Catalan Rouge.
– Latour de Carole-Villefranche de Conflent :
On a l’habitude d’entendre que sur son socle Arago montre le Canigou, c’est exact mais ce n’est pas tout, au 21eme siècle, Arago montre également :
– L’hôpital Catalan transfrontalier de Puigcerdá ;
– Le centre National d’entrainement en altitude CREPS Font Romeu ;
– Le four solaire d’Odeillo qui reçoit tous les chercheurs du monde entier.
Le train jaune c’est maintenant, un train du quotidien. Nous ne cacherons pas que la ligne du train jaune a besoin d’une bonne remise à neuf, nous ne pouvons que remercier la Présidente de la région pour la somme qu’elle alloue régulièrement pour de l’entretien courant. Mais cela peut être également une sorte de train de croisière tellement il y a de sites à visiter sur son trajet.
Il est important d’obtenir un service performant et aller jusqu’à Perpignan coté est et pourquoi pas jusqu’à Seu-d’Urgell et l’Andorre, libérant ainsi l’Andorre d’une desserte strictement automobile (application du dream deal). C’est un capital beaucoup plus important qu’il faudra investir (encore la prédiction de Louis Armand), car il s’agit d’une desserte nouvelle à créer qui engage la Catalogne et l’Andorre, mais nous pensons que pour le département le jeu en vaut la peine. Tous les touristes étrangers ou Français qui viennent pour la première fois à Perpignan réclament toujours : Comment fait-on pour prendre le train jaune ?
Ce serait le RER Catalan Jaune.
+1 Perpignan-Figueras TGV :
À savoir : « faire fonctionner l’existant »
A ce jour, seul les TGV desservent Barcelone au départ de Perpignan, premier départ 11h12, alors que des AVE aménagés pour circuler sur le réseau SNCF ont leur terminus à Figuéras TGV. Pourtant sur la face « est » de l’hexagone des TER franchissent quotidiennement toutes les frontières. Nous suggérons donc la mise en service de TER. Ce serait le RER Catalan vert.

Finir l’existant

L’Arlésienne Perpignan-Montpellier :
2 LGV semblent en concurrence :
– Une LGV Toulouse-Bordeaux, imposée en priorité par la Présidente de l’Occitanie et soutenue par le gouvernement actuel à la hauteur de 4 milliards d’Euro, afin de doubler la ligne classique avec un trafic très restreint comme sa signalisation l’indique ; BAPR : Block Automatique à Trafic Restreint. Il est vrai aussi que cela rapprochera Toulouse de Paris et que Toulouse est la quatrième ville de France. Il est vrai aussi également que ce trajet est un élément d’un ensemble : Bordeaux-Toulouse-Montpellier-et l’Italie qui aura son importance à la mise en service 2 LGV méditerranéenne et atlantique Dans l’immédiat c’est ajouter du déficit commercial au déficit commercial de la LGV Bordeaux-Tours.
– Pour mémoire un autre premier Ministre, Manuel Valls avait offert la DUP pour la LGV Toulouse Bordeaux contre l’avis de la commission DUP de Bordeaux qui avait émis un avis défavorable. Il faut dire que sur cette relation, comme, c’est le cas par ailleurs sur l’autoroute, le trfic est très restreint. C’est ajouter du déficit commercial au déficit commercial de la ligne Bordeaux-Tours ; peut importe c’est le contribuable qui paye.
– La LGV Perpignan-Montpellier, consiste à terminer un secteur en chantier depuis1994.
– Cette ligne est particulièrement fragile car inondable et submersible sur 70% de son parcours et sensible aux épisodes méditerranéens comme nous l’avons encore constaté dans la nuit du 23 au 24 octobre 2019, 29 jours sans train, ce qui montre bien qu’une seconde ligne est indispensable, ce qui n’est pas l’avis du premier Ministre et de la Présidente de la Région. L’Europe se souciant peu des combines, entre personnages politiques, a classé le trajet Barcelone- Perpignan-Montpellier comme Hautement prioritaire (voir le traité de Corfou du 24 juin 1994).

Le Ministério de Fomento a comptabilisé une moyenne journalière de 12 157 poids lourd à la frontière franco-espagnole du Perthus, c’est l’équivalent de 300 trains de fret c’est aussi 8 400 passagers qui empruntent l’avion pour Paris et retour au départ de Barcelone soit l’équivalent de plus de 20 rames TGV. Le potentiel de trafic est déjà en attente.
Même en fonctionnant à l’hydrogène, les poids lourds, voire des « trains de poids lourds » seront toujours sur l’autoroute.
Ce qu’il faut retenir c’est : Toulouse OK Perpignan KO ou de préférence Toulouse OK Le chaînon manquant KO. Ce pourrait être le titre d’une nouvelle rubrique, avis aux amateurs qui se reconnaissent devant cette injustice politique.

En conclusion :
Mesdames, Messieurs les candidats à la présidence du Département, les électeurs seraient intéressés de connaitre votre avis sur ces sujets qui feraient de notre département un des pionniers de la lutte contre le réchauffement climatique ».

 

Quand les Pyrénées Orientales s’éveilleront