Communiqué du PCF’66.

 

« Fermeture définitive de NobelClab à Rivesaltes : plus de 20 emplois supprimés !

 

A partir du 7 décembre prochain plus de 20 chômeurs supplémentaires pourront traverser la rue (dixit E Macron) pour se faire facilement embaucher par le bistrotier d’en face. Nobelclab, implantée à Rivesaltes, « héritière » de l’illustre usine Nobel, entreprise qui traite les surfaces métalliques et travaille avec des explosifs, ferme purement et simplement ses portes. Une vieille histoire, une technologie particulière et spécifique, une richesse, quittent donc le département. Chaque année le groupe américain et ses actionnaires, réalisent à Rivesaltes plus de 11 millions d’€ de chiffre d’affaire (+2,94%) et 1 million d’€ de bénéfice (sans compter les « frais de groupe ») !

 

Les activités, rapatriées en Allemagne, auraient pu rester dans les PO d’autant qu’un repreneur s’est présenté mais le groupe a refusé de vendre ne voulant pas, je cite « de concurrent en Europe ». Ainsi en est-il du marigot libéral mondial où les crocodiles de l’actionnariat et de la finance vivent des jours heureux avec la complicité des chefs d’états, en particulier le nôtre, et de toutes celles et ceux qui soutienne ou vote sa politique.

 

A Rivesaltes, des salariés qui pour la plus part arrivent à la cinquantaine avec une spécialité, un savoir faire difficilement « exploitable » dans une autre entreprise des PO, ont préféré rester dans notre département avec un chèque d’indemnités de licenciement bien négocié, plutôt que de partir en Allemagne. Le silence des institutions, de l’Etat des collectivités territoriales concernées (CU, commune…) est assourdissant et incompréhensible, doit-il être interprété comme un accord ? Pour le PCF’66, il faut empêcher par tous les moyens les multinationales de dépouiller notre département de ses emplois, de ses savoir-faire, de ses richesses ! ».

 

Nicolas GARCIA, conseiller départemental, pour le PCF’66.