Des champignons authentiques ramassés, hier, dans la campagne du Ribéral pézillanais, à un rythme serein, par Freddy et forte Fiesta 

 

Que monsieur le préfet des Pyrénées-Orientales soit ici pleinement rassuré…

C’est dans le plus strict respect de la totalité des règles imposées par la crise sanitaire liée à ce satané (corona)virus du COVID-19 que, ce matin-là, en cette journée du mardi 3 novembre 2020, Freddy accompagné de sa chienne la susnommée « Fiesta » décidait d’aller vagabonder, plus précisément se dégourdir les jambes, dans la campagne du Ribéral pézillanais, sans naturellement sortir des frontières du périmètre de sécurité tracé par la très haute autorité et qui fixent les déplacements de tout un chacun.

Cela n’a pas empêché Freddy et Fiesta de joindre l’utile à l’agréable, celui de se promener sans pour autant se regarder en chiens de faïence because la règlementation en vigueur. Le duo démasqué (c’est une image) a pu s’oxygéner à pleins poumons, il a même récolté quelques champignons de souche, dans une ambiance et un climat  bien évidemment purement authentiques.

« Nous avons elle et moi, raconte Freddy, respecté strictement les arrêtes préfectoraux, suivi le mode d’emploi à la lettre, car nous avions trop peur dans le cas inverse de ne pas bénéficier de la garantie sanitaire : masque, distanciation sociale, gel hydroalcoolique, attestation en bonne et due forme remplie à l’encre indélébile, horaires scrupuleusement respectés… Pour l’anecdote, j’ai même ramassé les crottes du chien ! ».

Et ce n’est pas fini ! Il ne peut s’empêcher dans son inventaire à la Prévert d’ajouter : « … Sans compter le côté alimentation parfaitement bio, de ces champignons délicatement (r)amassés, un plus en ces temps de COVID ».

Petite cerise sur le gâteau, comme il dit le Freddy, pour conclure son périple, sa virée : « Je n’ai ni vu ni croisé personne… et donc pas de contaminations intempestives… Que le préfet soit ici rassuré ». Il l’est.

Voilà une jolie aventure par ces temps compliqués, une belle histoire qui mériterait toute sa place dans une compilation afin de générer un certain art de vivre pour mieux respirer dans cette époque particulièrement troublée où, chaque matin, on se lève encore plus déboussolé que la veille en zone d’alerte maximale… Une compilation qui pourrait s’intituler « le déclic du confinement ».

« Allez hop tout le monde à la campagne ! », comme le chantait dans les années 70 une certaine Perpignanaise nommée Charlotte Julian.

 

L.M.

 

Un plein panier de champignons délicieusement comestibles.