Rien ne va plus chez Les Républicains des Pyrénées-Orientales (LR’66) dont la liste d’union avec les centristes de l’UDI a connu, toute cette journée durant, des rebondissements pour le moins extraordinaires… Rebondissements qui ne reposent que sur des rumeurs, mais comme selon le vieil adage « il n’y a pas de fumée sans feu »

Cela a commencé avec l’annonce de Fabrice VILLARD (UDI), qui en définitive ne serait plus N°3 sur cette fameuse liste – derrière Bernard DUPONT, maire LR de Canet-en-Roussillon, 2ème vice-président de l’Agglo Perpignan Méditerranée, et Fatima DAHINE, adjointe au maire de Perpignan, conseillère communautaire – mais 1er : la tête de liste ! Carrément.

Du coup, la rumeur enflait sur les réseaux sociaux pour affirmer que Bernard DUPONT avait décidé de jeter l’éponge et de rester à la maison… tandis que Daniel MACH, maire LR de Pollestres, ancien député, préparait un communiqué de presse pour annoncer sa démission du poste de secrétaire départemental de LR’66.

« Info ou intox ?, cela reflète bien l’histoire de la constitution de cette liste (…) », se fendait d’un vrai communiqué de presse cette fois-ci, Sébastien MéNARD, secrétaire départemental du mouvement Debout La France’66. Et d’ajouter : « La liste sera-t-elle républicaine ou du centre ? Quelle ligne politique ? Quel projet ? Quelle ambition pour le département ? Tout est secondaire pour les états-majors LR et UDI qui se déchirent pour avoir quelques élus de plus (…) ».

Chez les « Frontistes/ RBM », certains on réagit par un laconique : « ça devient marrant ».

A l’UDI, comme il fallait s’y attendre, les sympathisants sont aux anges : « Ce que je sais, c’est que nous sommes en train de changer le visage politique du département ; fini les vieux cumulards », tance un militant sur son mur Facebook.

En soirée, on apprenait que Bernard DUPONT et François CALVET (président départemental de LR’66, sénateur des P-O, maire du Soler et 1er vice-président de l’Agglo) maintenaient leur réunion publique à Bourg-Madame, en Cerdagne… Preuve s’il le fallait que le maire de Canet-en-Roussillon n’a pas (encore ?) jeté l’éponge. Idem pour Daniel MACH, dont la démission annoncée du secrétariat départemental LR’66 sur certains réseaux sociaux semble totalement virtuelle et relever (pour l’instant ?) du fantasme.

La seule certitude, qui n’est pas une rumeur, c’est que les états-majors parisiens de LR et de l’UDI en imposant Fabrice VILLARD à la 1ère ou à la 3ème place sur la liste départementale des élections régionales, ont foutu un sacré bordel !