« Les coulisses des élections régionales n’augurent rien de positif pour le Pays Catalan. La gauche déchirée compose un attelage entre Verts décentralisateurs, Parti de Gauche centralisateur et Parti Communiste calculateur. Elle surjoue la critique vers le tandem socialiste Jacques CRESTA/ Carole DELGA, candidature consanguine qu’elle embrassera au second tour. Le Front National fait un copier-coller de lui-même et les Républicains sont submergés par l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI). Cette bizarrerie orchestrée à Paris prouve que la décentralisation réelle n’est pas à l’ordre du jour. Des candidats partout, des projets nulle part.
Aux élections départementales de mars dernier, nous avons fait alliance avec l’UMP et l’UDI autour du candidat Jean CASTEX. Celui-ci défendait un projet de territoire, vite oublié par les Républicains. Dans les circonstances actuelles, nous sommes contraints de reprendre notre liberté. Etrangers aux tractations d’appareils, nous défendons un développement décidé ici, ouvert à tous. Notre charte condamne le clientélisme, les extrêmes et la disparition de notre Conseil Départemental, programmée par Paris. Au constat du climat et des calculs politiciens néfastes, nous n’excluons aucune possibilité concernant l’échéance des 6 et 13 décembre ».