(Vu sur la Toile)

 

 

“Une campagne qui patine” : Valérie Pécresse perd l’un de ses soutiens
(Megane Bellee – Rédaction du magazine Gala)

|

 

Gala. – En campagne, Valérie Pécresse est privée de l’un de ses soutiens. Le vendredi 28 janvier, , hier, Gilles Platret, maire LR de Châlons-sur-Saône, vice-président des Républicains, a décidé de quitter le navire, à quelques semaines de l’élection présidentielle.
Valérie Pécresse à la dérive ? Alors que la Présidentielle approche, le clan de la candidate LR semble battre de l’aile. Ce vendredi, Gilles Platret a décidé de se retirer de la campagne, comme le révèle BFMTV, confirmant ainsi une information du journal Le Parisien. Il y a quelques jours pourtant, lors d’une réunion qui s’est tenue en présence de Christian Jacob, président du parti, Valérie Pécresse a tenté de le convaincre de rester dans ses rangs, en vain. « Il lui a fait part de son sentiment sur une campagne qui patine, où le sujet de la lutte contre l’islamisme n’est pas assez présent », confie une source au média.

Et alors que Marine Le Pen voit ses soutiens rejoindre les rangs de son adversaire, Éric Zemmour, Valérie Pécresse pourrait subir le même sort. « Oui, Gilles a des contacts avec l’équipe Zemmour, comme beaucoup de LR – il y a une possibilité pour qu’il rejoigne Reconquête, mais ça n’est pas décidé », précise cette même source. Une information que le principal concerné avait toutefois démentie, sans convaincre, à l’antenne de CNews, le 11 janvier dernier, affirmant que de rejoindre Reconquête n’était pas « à l’ordre du jour ». Selon Le Parisien, le vice-président LR a demandé à Valérie Pécresse « d’ajouter à son programme l’interdiction du salafisme » et d’ouvrir le débat sur « l’interdiction du port du voile dans l’espace public ». En outre, « ce que propose un certain Éric Zemmour… Mais qui n’est pas à l’ordre du jour de la gagnante du Congrès LR ».

 

Les LR sur le retrait de Gilles Platret : « Ça ne mérite aucune attention »

 

C’est ainsi que Gilles Platret n’est plus porte-parole des Républicains, mais reste pour l’heure, leur vice-président. Un départ auquel les proches de Valérie Pécresse n’accordent que très peu d’importance. « Qu’il parte ou qu’il ne parte pas, ça ne changera rien à l’équation. S’il y a défection, elle ne sera pas majeure », a confié un membre de l’entourage de la candidate à BFMTV. Un avis partagé par une élue LR : « La vraie raison, c’est qu’il n’a rien dans l’organigramme de campagne donc il n’est pas content, ça ne mérite aucune attention. » Les choses sont dites.