Françoise FITER (PCF), conseillère départementale et candidate aux élections législatives du 11 juin 2017, communique :

« J’ai été frustrée dimanche soir que le très bon résultat de Jean-Luc Mélenchon ne suffise pas pour qu’il soit au second tour. Il reste qu’une volonté de changement progressiste s’est exprimée avec une force considérable, prometteuse pour l’avenir. Aujourd’hui, l’urgence est double. D’une part, au deuxième tour, faire le nécessaire pour éviter le pire : l’élection d’une présidente d’extrême droite. Quelle que soit la « dédiabolisation » de l’extrême droite, le diable est toujours là.

Et d’un autre côté, parce qu’il n’y a aucune illusion à se faire sur la politique de droite que veut mettre en œuvre Macron, j’appelle à prolonger l’esprit offensif de la campagne présidentielle pour faire élire des députés décidés à soutenir les luttes et à aider à conquérir de nouveaux droits. Mon expérience d’élue de Perpignan et Cabestany m’a conduite à accepter d’être la candidate proposée par le PCF Front de gauche pour mener ce combat dans la première circonscription. Et nous sommes évidemment prêts, à soutenir dans d’autres circonscriptions un candidat d’une autre sensibilité, mais qui partage notre volonté commune. Encore une fois, il va être décisif de savoir se rassembler entre tous eux qui, à gauche, veulent le vrai changement. Si nous savons le faire, nous pouvons gagner aux législatives. Nous sommes nombreux à vouloir cela, dans nos différences et dans nos convergences L’esprit de division a toujours été la cause des pires déconvenues du mouvement progressiste. Alors d’urgence, rassemblons nous ».