En visite, hier matin, dans son fief électoral de Prades-en-Conflent, Jean Castex, Premier ministre, a dit « surveiller de très près la situation sanitaire en Espagne », alors que la frontière entre les deux pays, fermée pendant trois mois, a rouvert le 21 juin. « Nous surveillons cela de très près, ici en particulier, parce que c’est un vrai sujet dont il faut que nous discutions aussi avec les autorités espagnoles », a affirmé Jean Castex, en réponse à une question sur la reprise de l’épidémie de COVID-19 dans l’agglomération de Barcelone (près de quatre millions d’habitants) et une possible fermeture des frontières.

Sous le soleil du Roussillon, des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent parmi les professionnels de santé, à Perpignan, ainsi que chez des responsables politiques pour appliquer le principe de précaution et fermer la frontière franco-espagnole, sachant qu’au sud des Pyrénées, dans la province catalane espagnole, l’épidémie progresse à nouveau d’une manière très inquiétante.