Communiqué de presse.

« Port de Port-Vendres : «un recours sera engagé contre Pierre AYLAGAS»
Les Associations et Collectifs*, engagés pour le sauvetage et le développement du Port, ont décidé de déposer un recours contre Pierre AYLAGAS (président socialiste de la Communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris), pour ses propos dans l’Ouillade du 3 janvier 2018.

En disant en substance « l’objectif du 3ème quai est de permettre au port d’accueillir des navires plus grands pour continuer à développer son activité commerciale », il manipule l’opinion car les textes et les décisions portuaires prises par l’Etat et la Région démentent ce qu’il dit.
Il a été nommé, comme Bernard FOURCADE (président de la CCI’66), conseiller économique et social d’Occitanie (arrêté du Préfet de Région du 12/12/2017). Il ne peut donc ignorer que le projet du département et l’arrêté préfectoral du 2 août 2017 précisent tous les deux que le quai ne changerait rien à la restriction du port interdit aux bateaux de plus 155 mètres, en raison des contraintes de manœuvres fixées par la géométrie d’un port étroit ( textes en ligne) : « le bluff » du quai est terminé.
Il sait bien que Port-Vendres a été sacrifié depuis la décision de Christian BOURQUIN (ancien sénateur et président socialiste de la Région) et de l’Etat de construire le « très grand port de Port La Nouvelle ». Pour preuves :
1) En 2013, le marché Saint-Charles et E. MASCLE, propriétaire des CLTM de Port-Vendres et Port La Nouvelle, se sont ralliés au projet de Port La Nouvelle (voir débat public de la CNDP).
2) La Chambre de Commerce et d’Industrie – CCI’66) négocie la fin de sa concession cinquantenaire avec le Conseil Départemental, depuis 2015. Elle se terminera le 31 décembre 2018, avec une indemnité de sortie ( !) et le transfert des personnels au Département (voir la séance publique du CD du 18 décembre 2017).
3) Pierre AYLAGAS est de ceux qui se sont opposés à la proposition de Jean CASTEX (maire LR de Prades et conseiller départemental) de donner un statut régional au port. Résultat, le petit port du Grau du Roi est devenu port régional et Port-Vendres a été exclu des ports de commerce Ports Sud de France (voir ports Région, octobre 2017).
4) Le budget portuaire de la Région, présenté le 21 décembre 2017 (document public page 65), de 259 ME dont 252 ME pour Port-La-Nouvelle, et zéro pour Port-Vendres. Dire que le 3ème quai serait construit début 2018 est grossièrement mensonger et vise à cacher aux manutentionnaires du port, aux ports vendrais et aux catalans, l’état de liquidation du port au profit de Port-la-Nouvelle.
Cette désinformation, tout comme l’arrêté du préfet sont de nature à nuire à l’emploi portuaire et à l’économie catalane en bloquant toute recherche d’une solution alternative pour Port-Vendres.
Les politiques Pierre AYLAGAS, Hermeline MALHERBE (présidente PS du Département, ex sénatrice), Michel MOLY (1er vice-président PS du Département, ex maire de Collioure) et Jean-Pierre ROMéRO (maire LR de Port-Vendres) portent la lourde responsabilité d’avoir fait croire que le troisième quai « sauverait le port » alors qu’en réalité « il l’a tué ». Ils ont tous contribué à cette liquidation, et en premier Jean-Pierre ROMéRO, en refusant d’étudier une solution comprenant un quai transversal de 400 m et un agrandissement de la zone d’évitage permettant d’accueillir des navires d’au moins 200 mètres. Cette manœuvre visait « à ne pas gêner » le projet Port-La-Nouvelle orienté vers la croisière.
Ce que l’on attendait des élus catalans, c’était qu’ils se battent pour leur port et pas pour le port voisin. La morale politique exigerait que ces élus se démettent de tous leurs mandats… On peut toujours rêver. C’est le sens de ce recours contre M. AYLAGAS ».
* Collectif des Tamarins, Collectif de la Côte Vermeille, Association Port Vendre et les Port Vendrais, FRENE’66.