L’affaire fait grand bruit sur la Côte Vermeille. Jeudi soir, lors d’un vernissage, on ne parlait que de « ça » : la démolition le matin même (jeudi 20 juin, dès 6h) d’une maison construite illégalement par un ancien gendarme – pourtant censé connaître la loi puisque de par ses fonctions il est chargé de l’appliquer et/ ou de la faire respecter… – dans le quartier historique « Al Fourat » bordé par la mer Méditerranée, situé sur le territoire de la commune de Port-Vendres

 

Une indiscrétion véhiculée par un élu traditionnellement bien informé (et surtout peu bavard), indiquait que le député de la 1ère circonscription des P-O, Romain GRAU (LaREM), tenu au courant des événements, serait intervenu auprès de l’autorité préfectorale pour faire stopper immédiatement les travaux de démolition, en vain. Puisque le chantier d’effacement de cette construction totalement illégale n’a pas été interrompu.

Le lien entre la IVe circonscription des P-O et Romain GRAU ? Ce dernier est originaire des Aspres et a été l’attaché parlementaire de l’ancien député-maire de Céret, Henri SICRE (PS). Il est candidat aux élections municipales sur Perpignan avec le très bon bilan de Jean-Marc PUJOL (LR/ Les Républicains), dont il fût d’ailleurs un 1er adjoint très écouté, contre « la menace » Louis ALIOT (RN/ Rassemblement National), député de la IIe circonscription des P-O. D’ailleurs, c’est dommage que Romain GRAU n’ait pas choisi de se présenter plutôt à Argelès-sur-Mer, où il jouit d’une réelle estime et d’une excellente réputation, nous l’aurions accueilli à bras ouverts (et nous aurions fait campagne pour lui).

En tout cas, si cette information interventionniste dans le dossier du « Fourat » se révélait exacte (nous allons à la source pour la vérifier), elle serait d’une extrême gravité, car elle démontrerait une incursion inacceptable du pouvoir politique dans les décisions de justice. Cela n’aurait donc pas changé ? A suivre.