De gauche à droite : Jean-Pierre Roméro, Daniel Mach, Nathalie Kociusco-Morizet et Jacqueline Irles.

Daniel Mach (UMP), député-maire de Pollestres et vice-président de l’agglo PMCA (Perpignan-Méditerranée Communauté d’Agglomération), fait partie de la vingtaine de « corsaires de la Droite populaire » (ainsi qualifiés par la rédaction du Figaro Magazine en page 24) qui ont décidé « de repartir à l’offensive après des semaines d’omniprésence médiatique des socialistes ». Leur crédo : une pétition en quatre actes contre le droit de vote et l’éligibilité des étrangers.
Les quatre actes : appuyer Nicolas Sarkozy (pour cela ils se sont réunis le 4 octobre dernier autour de Thierry Mariani, le ministre des Transports…) ; réduire les opposants ; lancer la pétition ; jouer collectif (ils ont enfin pris conscience qu’il leur fallait jouer de concert avec les autres courants de la majorité présidentielle… C’est ainsi que dans leurs 12 propositions pour 2012, ils ont fait des clins d’oeil à Laurent Wauquiez, chef de file de la Droite sociale, en reprenant à leur compte ses idées sur le RSA…).
Aux côtés de Daniel Mach, dans cette Droite pop, on retrouve : Thierry Mariani, Jacques Myard, Elie Aboud, Brigitte Barèges, Eric Raoult, Patrice Calméjane, Valérie Boyer, Patrice Verchère, Franck Gilard, Lionel Luca