Véronique Vial-Auriol (UMP), conseillère générale, communique :
_ « Suite au sondage pointant la mauvaise appréciation du rôle de l’équipe municipale de Jean-Marc Pujol, dans le traitement de l’emploi sur Perpignan.

Quelle erreur de penser qu’ à eux seuls les élus municipaux perpignanais pourraient inverser la courbe ascendante du chômage endémique qui frappe la ville de Perpignan et plus largement l’ensemble de notre département.

C’est oublier que face à cet enjeu, les élus de la ville de Perpignan ont fort à faire, non seulement pour absorber les mauvais coups infligés par l’actuel gouvernement qui, en endurcissant les charges pesant sur le travail, accélèrent les mises au chômage et accentuent les effets de la crise ; mais surtout pour pallier les carences du Conseil Général dont les politiques locales d’insertion sont chroniquement insuffisantes ! Un comble pour un département géré par une majorité de gauche, depuis 1998.

Les résultats parlent d’eux-mêmes : niveau de chômage record pour les P-O ; 3ème département de France par le nombre de RMIstes ; bref autant de contre-performances qui ne sont certainement pas à mettre sur le dos des élus de la ville de Perpignan ; mais plutôt de la majorité socialiste du Conseil général ».