Un groupe de cafetiers installés dans le centre-ville de Perpignan, et plus particulièrement sur les abords de l’avenue Général Leclerc (site du théâtre de l’Archipel), interpelle la Préfète des Pyrénées-Orientales, Josiane Chevalier, à propos de l’initiative du maire UMP du Barcarès, Alain Ferrand, qui a organisé pendant les fêtes de fin d’année sur le territoire de sa commune un remake de la célèbre « Rue de la Soif » de Canet-plage…

« Au-delà du fait que cette opération nous a fait perdre des milliers d’euros pendant les deux semaines et sur deux week-ends, explique le propriétaire d’un bar lounge, nous interpellons la Préfète pour savoir dans quelles conditions, sur une période aussi courte, un maire peut-il déplacer des licences IV puisque cette « Rue de la Soif » version barcarésienne à servi de l’alcool ? Concernant l’exploitation de licences IV nous savons tous que la législation est très réglementée puisqu’il s’agit du commerce de boissons alcoolisées. Comment le maire du Barcarès a-t-il pu obtenir l’autorisation de tels transferts de Licence IV ?, quelles ont été les dérogations ?… Nous allons d’ailleurs transmettre ces interrogations à Messieurs les maires de Perpignan et de Canet-en-Roussillon. Nous cherchons simplement à savoir s’il y a eu un transfert de Licences IV autorisé ou non, un point c’est tout, la profession adhère à notre démarche (…) ».