Thierry Méier, fondateur et dirigeant de l’entreprise de spectacles perpignanaise Boitaclous, s’étonne des propos tenus, hier dans nos colonnes, par l’ancien député Daniel Mach (UMP), maire de Pollestres et vice-président de l’Agglo PMCA (Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération), dans l’affaire qui continue d’opposer Jean-Marc Pujol (UMP), maire de Perpignan, à l’humoriste Dieudonné dont le 1er magistrat du chef-lieu du Roussillon souhaitait interdire le spectacle lors de son passage à Perpignan…

« M. Mach ne m’a pas compris, ou plutôt il a mal lu mes propos », souligne Thierry Méier. « J’ai dit précisément, dans la presse locale : Il y a des propos qu’on tient sur scène, en tant que comédien. Et ceux que vous tenez dans la vie, qui vous engagent en tant qu’homme ! ».