Romain Grau.

« Tartuffe et tartufferie ! »

Sous ce titre, Romain Grau, président du think tank Perpignan 2020 et Délégué départemental de l’UDI, nous communique avec prière d’insérer :

« Monsieur Aliot s’érige en donneur de leçons sur beaucoup de sujets à l’attention des Perpignanais et de leurs élus. Il le fait avec agressivité et pas toujours avec une grande bonne foi tout en se montrant docte et sentencieux.

Bien entendu, j’allais oublier ce détail : il fait tout cela avec une facilité déconcertante depuis chez lui à Saint-Cloud ou depuis un plateau de télévision parisien… puisque contrairement à ses dires, il n’habite pas davantage à Millas qu’il ne travaille à Perpignan. 

Je voudrais revenir sur un dernier commentaire de monsieur Aliot. Récemment, il s’agissait de brocarder l’Alternative, l’accord passé entre l’UDI et le MoDEM.

Bien sûr, à l’occasion, il stigmatise la liste du centre et de la droite républicaine sur Perpignan, déversant des tombereaux de critiques aussi excessives qu’erronées.

Au passage, il se donne un satisfécit de patriote et de rigueur… à la manière d’un Monsieur Tartuffe !

Aujourd’hui, je me bornerai à rappeler quelques fondamentaux oubliés ou ignorés par notre monsieur Aliot.

Nous lui rappellerons que ce sont de vrais patriotes qui ont rebâti le centre et la droite républicaine à la Libération et qu’ils étaient issus de la Résistance.

Il est vrai que cela n’a pas été le cas des fondateurs de son parti qui, pour certains, se sont satisfaits dans la Collaboration et du rabaissement de notre pays.

Quand M. Aliot parle de clientélisme, je voudrais simplement qu’il nous parle de son parti, dirigé par monsieur Le Pen, où la famille et alliés bénéficient de salaires et avantages divers aux frais  du contribuable français. Une belle affaire familiale pour faire bref !

Puisque M. Aliot nous dit qu’il veut reconstruire le paysage politique français, qu’il commence par révéler aux Perpignanais le montant de ce qu’il encaisse de l’Europe, du Front National et de ses mandats. Il se dit qu’il serait l’attaché parlementaire de sa compagne au Parlement européen. Je n’ose y croire : lui un des contempteurs les plus virulents de l’Europe se rabaisserait à percevoir des salaires de cette Europe honnie… que pourront penser les électeurs de ce monsieur ? Qu’il les trompe et ils auront raison !… A la manière d’un Monsieur Tartuffe qui dit « couvrez ce sein que je ne saurais voir ! ».