Communiqué de presse.

 

« Des proches de L’Observatoire Citoyen de la Vie Quotidienne (l’OCVQ)nous ont fait remonter des informations étonnantes à propos du stationnement dans notre chère ville de Perpignan (oui encore…).

Il s’avère qu’ils ont eu la surprise de recevoir par la poste un forfait de post-stationnement majoré de 75 euros alors qu’ils n’avaient jamais reçu le forfait de post-stationnement initial suite à une infraction que personne ne saurait par ailleurs contester. Forcément, ils sont allés demander des comptes à la Trésorerie Municipale.
Quelle ne fut pas leur surprise ! Ils se sont vu expliquer que désormais nous ne recevions que les majorations par la poste et que le forfait de post-stationnement initial était seulement glissé sous un essuie-glace ! La municipalité est-elle au courant qu’à Perpignan il y a parfois du vent ? Et que les papillons glissés peuvent donc s’envoler… Sait-elle que parfois il pleut ? Et que les papillons glissés peuvent se déchirer… Plus étonnant encore, il paraît que certains agents ne glissent même pas les petits papillons…
La mairie a décidé de saccager le centre-ville et ses commerces à grand renfort de privatisation et d’augmentation du stationnement. La stratégie d’étranglement est clairement assumée. En revanche, avec l’argent que nous lui faisons gagner, elle pourrait acheter des timbres pour nous envoyer les forfaits de post-stationnement avant que nous ayons la surprise de recevoir une majoration.
Face à l’agacement de l’agent en poste qui explique la même chose plusieurs fois par jour aux citoyens qui viennent se plaindre, nos camarades de l’OCVQ ont eu le bonheur de rencontrer dans la file d’attente des personnes qui venaient pour la même raison. La rumeur dit qu’ils sont allés prendre un verre ».

 

Pour l’Observatoire Citoyen de la Vie Quotidienne, Mickaël IDRAC.

 

Mickaël IDRAC.