Cela parait incroyable, même si en Pays Catalan tout est possible… tout est permis ! On nous a habitué à tellement de surprises grandguignolesques, que plus c’est gros, plus c’est « hé-naur-me », plus c’est « kolosal »… et mieux ça passe !

Dans le cas présent, c’est encore une œuvre de l’artiste catalan, Marc-André 2 Figueres, « MA2F », qui est crucifiée sur le podium de l’imbécilité humaine ou, plutôt, pire encore : de l’ignorance !

Cette oeuvre, justement auto-intitulée « MA2F », a été retrouvée le mois dernier par les services techniques de la Ville de Perpignan… à la farde !  La « farde » signifiant « une poubelle sauvage » en langue catalane et désignant le lieu où traditionnellement on se débarrasse des encombrants, en bordure d’un chemin !

C’est en 2003 que Marc-André 2 Figueres avait réalisé cette oeuvre, fruit de son imagination mais concrétisant ses travaux de recherche sur les codes des tubes de force sur terre. « MA2F » rassemblait dans une architecture artistique tout ce travail sous la forme de maquettes inédites.

L’actuelle municipalité de Perpignan, dirigée par Louis Aliot (RN), visiblement plus sensible à l’art que la précédente équipe, vient de proposer la restauration de l’oeuvre « oubliée » dans les poubelles de la mairie – on a hâte à ce sujet de connaître les explications du précédent élu en charge de la Culture auprès de l’ex-maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol/ LR -, une oeuvre estimée tout de même à 45 000€.

Une fois restaurée, l’oeuvre pourrait trôner au… milieu d’un sens giratoire. Ce serait l’idée de la Municipalité. Décidément, les créations de Marc-André 2 Figueres n’ont pas fini de faire tourner la tête des automobilistes. Rassurons-nous, leur auteur, pour être un excellent conducteur – il a toujours tous ses points sur son permis de conduire – sait employer l’art et la manière quand il s’agit d’avoir le coeur à l’ouvrage.

C’est Sacha Guitry qui ironisait ainsi sur la chôôôse : « Ils diront sans pudeur du mal d’un chef-d’oeuvre parce qu’ils croient qu’on a l’air de s’y connaître quand on dit du mal d’un ouvrage, mais dire du bien, s’enthousiasmer, attention ! Ils ne veulent pas être ridicules ». C’est peut-être ce propos qui a guidé, spirituellement s’entend, l’ex élu en charge de la Culture, à destiner « MA2F » à la fargue… Allez, ne soyons pas trop méchants, au risque de passer à notre tour pour des crétins (in)utiles.

 

L.M.