Jacques Cresta (PS), député des P-O et vice-président de la Région Languedoc-Roussillon.

L’entourage du député Jacques Cresta (PS) confirme que « début janvier, suite au retour de certains commerçants et professionnels, et suite à la réflexion entamé sur le devenir des locaux du Tribunal de Grande Instance (TGI), après leur implantation à Saint-Assiscle, nous avons réfléchi aux conditions permettant au TGI de rester en centre ville (…). Ayant appris dans un premier temps que les locaux de La Poste étaient à vendre, pour une grande partie, et suite à une rumeur sur les locaux de la CCI, nous nous sommes rapprochés des services de la ministre de la Justice, Christiane Taubira, afin de savoir si une extension in situ était envisageable (…) ».
 
Laurent Rosello, l’attaché parlementaire de Jacques Cresta, précise : « Le cabinet de Mme Taubira nous a répondu qu’après une étude sommaire cela semblait possible, notamment sur le Palais consulaire, mais qu’il faudrait une demande officielle afin de lancer les études de faisabilité pour aller plus loin. Contact pris auprès de la CCI, ces derniers m’ont confirmé réfléchir à une délocalisation, tout en gardant des services au centre ville, pour des raisons d’accessibilité, de stationnements… Nous leur avons demandé un courrier confirmant leur dire afin de saisir le ministère de la justice. Courrier qui m’a été transmis ce jour et transmis au ministère ».
 
Jacques Cresta reste très prudent concernant ce dossier, qui est aux prémices  puisque l’étude de faisabilité n’a pas rendu ses conclusions et que l’étude financière n’a pas eu lieu.
 
La préoccupation du député est qu’un nouveau tribunal voit prochainement le jour à Perpignan afin de permettre à la justice d’être rendu dans de bonnes conditions, volonté partagée et actée budgétairement par le gouvernement et la ministre de la Justice.
 
En cliquant sur le lien ci-dessous, accédez à la lettre que Jacques Cresta a adressé à Mme la Garde des Sceaux, Christiane Taubira :