Depuis quelques semaines, l’homme d’affaires François Rivière, 49 ans, marié et père de 4 enfants, natif de Chambéry, chef d’entreprise (il est entre autre à la tête de la célèbre enseigne Espi – Glaces et chocolats), ex candidat divers droite aux élections municipales de 2009 sur Perpignan (il fut éliminé dès le 1er tour pour n’avoir recueilli que 7,8% des suffrages exprimés et ce malgré l’aide précieuse de l’ancien député RPR et ex 1er adjoint de Perpignan, Claude Barate), rencontre « en toute confidentialité » les actionnaires du club de rugby l’Usap.

Selon nos sources, il aurait proposé d’investir quelque 10 millions d’euros sur cinq ans dans le club en rachetant les actions de certains partenaires (il vise la majorité du capital), le contrat de Carter et les dettes en cours.

Mais que les « J » – pour Jean-Paul Alduy, Jean-Marc Pujol, Jacques Cresta, Jacqueline Amiel-Donat, Jean Codognès, Jean Vila, Jean Rigual, Jean-Pierre Navarro, Jean-Jacques Vila, etc.-etc. – soient ici pleinement rassurés : dans sa démarche et dans son tour de table, François Rivière ne souhaiterait pas investir pour viser les municipales de 2014 (ou de futures élections consulaires), ici ou ailleurs. Mais il veut exister, tout simplement… Pour qui ? Car « comment ? » nous devrions être très vite fixés.