Communiqué de presse.

 

 

« Transports combinés, recherche de nouveaux flux de marchandises pour une optimisation de la ligne (pour que les trains ne rentrent pas à vide sur Perpignan)… autant de pistes de travail que le MoDEM’66 encouragera, pour ne pas perdre une infrastructure ferroviaire nationale qu’il faut voir comme une chance et non un handicap, face aux défis écologiques et d’aménagement du territoire.

Il s’agit de travailler à la maintenance voire à la reconversion de Saint-Charles, bassin d’emplois et équipement majeur de notre département, et contribuer à notre développement économique tout en nous inscrivant dans une logique de développement durable, mais aussi pour assurer la livraison des produits frais de notre département.

Le MoDEM’66 ne peut rester silencieux face à ce paradoxe d’une société intimant les particuliers à se plier partout à la transition écologique tout en accordant ailleurs le « tout routier » aux intérêts marchands, lorsque parallèlement à la fermeture de la ligne Perpignan-Rungis nous sommes témoins de l’investissement consenti à la construction d’une nouvelle voie autoroutière au Perthus sur l’A9 par exemple.

Il s’agit, ici comme ailleurs, de volonté politique. Et, pour des raisons de sécurité routière, de positions éco-responsables, mais aussi et surtout de nécessités économiques pour notre territoire, nous soutiendrons les défenseurs de la ligne et les porteurs de solutions, pour servir au mieux mais à la fois les intérêts privés et l’intérêt général ».