Communiqué de presse.

 

« Perpignan : s’agissant de la fermeture de la ligne de fret Grand Saint-Charles/ Rungis : il est encore temps d’agir !

La ligne de fret entre le Grand Saint-Charles et Rungis cessera son activité le 30 juin 2019.

Voilà la décision de la filiale de la SNCF, entreprise publique, en charge du fret. Il semble qu’il soit prévu, suite à la fin de cette ligne directe, qu’un décrochage soit organisé lors du passage du train Barcelone-Perpignan.

Est-il utile de rappeler que le Grand Saint-Charles c’est plus de 2 000 emplois directs pour plus de 150 entreprises ?

Or cette nouvelle organisation ne correspond pas aux besoins des acteurs économiques. La seule solution sera de transférer la marchandise dans quarante camions avec un impact sur le bilan carbone en conséquence !

Au moment où la Ville de Perpignan et la Métropole font des efforts louables en matière écologique sous l’impulsion de responsables convaincus, il faut se mobiliser pour empêcher des décisions contraires à l’intérêt de tous.

Mais que font Madame DELGA (présidente de la Région Occitanie) et sa comparse Madame LANGEVINE (vice-présidente de la Région – élue Ecologiste) ? Mais que fait l’ami du Président de la République, le député Romain GRAU ? Mais que fait Monsieur le maire- président de la Communauté Urbaine ?

Le combat pour le maintien de cette ligne de fret doit intéresser tous les courants de pensées et mettre de côté les ambitions politiciennes.

Nous n’aurons pas de ligne TGV avant 30 ans, la ligne Perpignan/ Paris en avion connaît quelques turbulences, et voilà que maintenant c’est un autre pilier de notre économie locale qui connaît une difficulté que l’on peut éviter.

Le rôle de médiateur et de facilitateur aurait dû être tenu par le maire-président de la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole.

En l’absence de l’intervention de la mairie et de Perpignan Méditerranée Métropole, je propose donc à Monsieur le Préfet des P-O, de réunir l’ensemble des acteurs politiques – Région, Département, Communauté Urbaine, Agence de Développement Economique (ADE), parlementaires – mais également les représentants du Grand Saint-Charles et les décideurs économiques pour trouver une solution à ce problème.

Il est encore temps d’agir ! ».

 

 

Louis ALIOT (Rassemblement National), député de la 2ème circonscription des P-O, conseiller municipal et communautaire de Perpignan.