COMMUNIQUE DE PRESSE DU 30.1.2019.
REACTION A L’ARTICLE DE L’INDEPENDANT DU 30.1.2019 SUR LE PROJET DE CENTRE PENITENTIAIRE

 

« Rendre à César… »
« S’agissant du projet de la deuxième prison de Perpignan, le député « macroniste » Romain GRAU vient nous expliquer aujourd’hui que « le site convient parfaitement (…). Ca se fera au nord », annonçant même que la décision devrait être officialisée « fin février » et, comme à son habitude, tente de s’approprier la paternité d’un projet en s’érigeant subrepticement comme le maître d’œuvre de la réalisation. Plutôt que de jouer le rôle d’un député migrateur (passant d’une circonscription à l’autre, pourvu que le jeu en vaille la chandelle politique) tel un coucou guettant l’envol d’une Rousserolle effarvate de son nid pour y déposer son œuf, Romain GRAU serait mieux inspiré de répondre concrètement aux questions soulevées par le mouvement des Gilets jaunes et aux conséquences qui en découlent pour l’activité de nos entreprises et la sécurité de nos concitoyens.
Les Républicains tiennent, en effet, à rappeler que ce sont le maire de Rivesaltes, André Bascou et le président de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole, Jean-Marc Pujol, qui sont à l’origine de la démarche initiée auprès de la Chancellerie qui ne fera connaître sa décision qu’à l’issue d’un délai de trois mois, par suite de la réunion sur site du 15 janvier 2019. Il n’est jamais bon de vouloir jouer individuel, surtout dans un tel dossier, le risque étant de faire capoter le projet. Que Monsieur GRAU se mêle de ses « affaires », a-t-on envie de lui dire, qu’il laisse faire les élus de terrain et qu’il laisse les choses évoluer loin, très loin de toute récupération et agitation politiciennes. A la clé de ce futur centre pénitentiaire d’environ 500 places, il y a la création de 250 emplois. Cela devrait faire réfléchir le député, même si l’Economie ne semble pas être son point fort ».