Nous nous sommes procurés l’une des correspondances adressées par Jean-Marc PUJOL (LR/ Les Républicains) maire de Perpignan, président de la métropole Perpignan-Méditerranée, aux dirigeants nationaux, en l’occurrence ici à Edouard PHILIPPE, chef du gouvernement, concernant le retrait partiel et très inquiétant de la compagnie aérienne « hop! » du tarmac de l’aéroport de Perpignan Rivesaltes Méditerranée…

 

 

« Monsieur le Premier ministre,

La compagnie aérienne low cost « Hop ! », filiale d’Air France, vient de décider de diminuer son offre sur l’aéroport Perpignan-Rivesaltes-Méditerranée, en remplaçant ses avions qui desservent actuellement le Roussillon par des appareils de moindre capacité. Dans la foulée de ce choix, « Hop ! » annonce diminuer également, dès cette année, la fréquence quotidienne de ses vols vers la plateforme internationale Charles-de-Gaulle, à Roissy-Paris.
Cette décision semble pour le moins surprenante et totalement illogique, car elle va en contre-courant d’une réalité locale : l’an passé, l’aéroport Perpignan-Rivesaltes-Méditerranée a vu sa fréquentation annuelle augmenter de 18% pour se rapprocher du demi-million de passagers.
Cette année, Perpignan va être, entre autres, le théâtre de deux événements internationaux : « Ville européenne du vin » et « Capitale de la sardane ». Deux rendez-vous qui vont attirer des milliers de visiteurs supplémentaires pendant plusieurs mois. Je ne vous listerai pas ici les manifestations récurrentes qui font de Perpignan un lieu incontournable, notamment en saison estivale : concerts, spectacles, festivals… à commencer par le Festival international de photojournalisme, Visa pour l’Image, qui attire des grands-reporters et des éditeurs de presse venus des quatre coins de l’Europe, pour ne pas dire du monde entier.
J’ajoute que la ville de Perpignan, son aire d’influence géographique immédiate, sont parmi celles qui, en France, affichent une dynamique démographique comptant parmi les plus importantes.
A l’heure du Grand Débat National lancé par Monsieur le Président de la République Française, Emmanuel MACRON, et dont vous-même assurez la promotion sur les territoires, je me fais la voix des trente-six maires qui composent la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM) que je préside, et qui se disent particulièrement inquiets de cette décision prise autoritairement, sans la moindre consultation avec les élus, décideurs et décisionnaires locaux.
Cette attitude insupportable, qui met des chefs d’entreprises, des investisseurs et des maires au pied du mur, ne grandit pas le Débat National ! Au contraire. Je suis convaincu que comme moi vous partagerez cette réaction, mon indignation. C’est d’ailleurs dans ce souci de poursuivre le développement économique impulsé par Perpignan Méditerranée Métropole que je me permets de vous alerter, afin d’inciter la direction de « Hop ! » à revoir sa copie. Cette décision, vous l’avez lue, est insupportable pour nous élus, incohérente pour notre territoire : elle va nous priver « d’ailes » à un moment où nous prenons un envol économique décisif, grâce à l’attractivité de notre Communauté Urbaine. Au sein de la vaste région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, après la Haute-Garonne et l’Hérault, nous sommes le troisième département à avoir créé le plus d’emplois en 2018 !
Je vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, en l’assurance de ma très haute considération »,

Jean-Marc PUJOL