Communiqué de presse.

 

 

 

 

« Pourquoi nous nous mobilisons debout et déterminés face au 49.3…

Ce mardi 10 mars au soir, des citoyens se sont regroupés devant la Préfecture de Perpignan suite à l’appel du «Collectif de citoyens indignés contre le 49.3» pour mener une action de résistance symbolique face au passage en force du gouvernement le 29 février dernier qui a imposé sa réforme des retraites en utilisant le 49.3 afin de faire taire l’opposition en plein débat sur les modalités de cette réforme.

Rappelons que la France est le seul pays, à démocratie comparable, à disposer de cette arme qui bafoue ses principes affichés de libre débat.

On soupçonne le Premier ministre Edouard Philippe d’avoir voulu passer inaperçu au soir d’un « Conseil de défense » qui venait de déclarer la guerre au coronavirus. Comme s’il avait voulu profiter d’un effet d’aubaine dans un climat terriblement anxiogène.

Depuis le début, la méthode choisie pour imposer la réforme est un défi à la démocratie. Pourquoi cette réforme maintenant ? Pourquoi heurter aussi frontalement une opinion majoritairement hostile ? Pourquoi une telle violence contre les manifestants ?

Et pourquoi, enfin, cette précipitation, alors que rien n’est réglé, que des incertitudes béantes subsistent, et que le financement n’est même pas assuré ?

Cette réforme est une décision typique de la politique ultra-libérale d’Emmanuel Macron : il faut effacer un maximum d’acquis sociaux, faire travailler plus longtemps, rendre aléatoires les pensions autour de cette affaire de point qui comporte toujours autant d’incertitudes, évacuer la question de la pénibilité et, in fine, faire le jeu des assurances privées. Cette gigantesque entreprise va bien au-delà de la seule question des retraites.

Après les attaques de l’indemnisation chômage, à quand la remise en cause de la Sécu ? C’est toute une architecture sociale qui vacille. La précipitation s’explique par l’ampleur de l’enjeu.

Reprenant le concept des « Nuits Debout ! » et des « Zones A Défendre » ( ZAD) les militants ont occupé la rue en installant des tentes devant la Préfecture et en campant dans les platanes qui la surplombent. Des banderoles aux slogans de « 49.3 Démocratie bafouée » « 49.3 Indignez-vous » ont été déployées dans les arbres et au sol. Les militants portaient des masques marqués « 49.3 » pour signifier leur indignation face au musellement de leurs droits de contestation et de débat ».

 

Collectif des citoyens indignés contre le 49.3