Communiqué de presse.

 

« Saint Jacques : respecter les habitants !
Il fallait s’y attendre, suite au dramatique effondrement d’un immeuble à Marseille, les représentants de la mairie de Perpignan exploitent l‘évènement sans pudeur ni retenue. Le maire Jean-Marc PUJOL et son adjoint Olivier AMIEL n’y voient qu’un encouragement à poursuivre les démolitions sans tenir compte des opinions contraires, même solidement argumentées.

Pour eux, les opposants ne sont que «quelques personnes manipulées, désinformées » qui ne méritent que mépris hautain. Au conseil municipal, le RN est venu rajouter une couche de stigmatisation des populations : « Sous cette affaire d’immeubles, il y a d’autres affaires. Celle du problème de la drogue, celle du communautarisme, celle des enfants à l’abandon ». De la drogue, Il y en a ailleurs qu’à Saint Jacques et les familles d’ici s‘en passeraient volontiers. Contrairement à ces odieuses affirmations, les habitants du quartier ne laissent pas leurs enfants à l’abandon. Pour ma part, je remarque le contraste entre les propos outrancièrement agressifs des PUJOL, AMIEL ou ALIOT et les argumentaires rationnels, mesurés et constructifs des habitants et associations impliqués. Pour ma part, je continue de penser qu’une rénovation réussie passe par la prise en compte réelle et respectueuse des habitants ».

Françoise FITER
Conseillère départementale Perpignan III