Ci-dessous le cri d’alarme d’un habitant du quartier des Oiseaux, transmis à notre rédaction par le Collectif du Quartier :

 

 

« L’ancien centre commercial « Dia » est symptomatique de l’abandon du quartier des Oiseaux. Il s’inscrit dans la perte d’attractivité endémique du secteur : il n’y a pas si longtemps existait encore une activité commerciale diversifiée : le concessionnaire Range-Rover, le restaurant Pizza del Arte, les supérettes Dia, Lidl… et les petits commerces du Super U.
Ce local est ouvert aux quatre vents, dégradé, pillé, le parking est une terrain vague jonché de détritus qui débordent sur les trottoirs défoncés où les bouteilles cassées et les piquets rouillés vestiges du grillage n’empêchent pas les enfants d’y jouer.
Des populations très fragiles (…) semblent les seules désormais à accepter d’occuper les logements abandonnés, bradés à la résidence des oiseaux, toujours ravagée par les dealers.
Les problématiques de Saint-Jacques et autres cités Betriu se déplacent à l’évidence dans ce quartier du Vernet déjà pourtant fragilisé par des décennies d’oubli.
Il est déplorable que les politiques urbaines creusent les différences entre le Sud et le Nord de Perpignan alors que des sommes considérables sont débloquées en théorie pour y remédier.
Tous les ingrédients sont présents pour rendre la situation dèjà explosive, totalement incontrôlable. »